La reine Mathilde se retrouve nue sur la couverture d’une bande dessinée (photo)

La reine Mathilde se retrouve nue sur la couverture d’une bande dessinée (photo)

Auteur et dessinateur d'une série de bandes dessinées comique sur la famille royale belge, Charel Cambré a fait fort pour son nouvel album. Sur la couverture de celui-ci, qui sortira le 4 septembre prochain, Charel Cambré a opté pour une couverture « choc » en faisant poser la Reine… nue derrière un drapeau belge. Sur le dessin, on voit Mathilde dans son plus simple appareil, relation nos confrères de Sudinfo.

« Je me suis demandé si je n’avais pas été trop loin »

Le dessinateur savait qu’il attirerait l’attention avec ce dessin. « Je me suis demandé après coup si je n’avais pas été trop loin », raconte-t-il à nos confrères du Nieuwsblad. « Mais lorsque je dessine, je pense à la meilleure manière avec laquelle je peux mettre en valeur mes personnages. Je les représente comme je pense qu’ils sont. Pour moi, Mathilde est une femme fougueuse alors que Philippe est plutôt « mou » ».

Le Palais royal n’a pas encore réagi à cette couverture. D’ailleurs, alors que Charel Cambré dessine depuis des années des bandes dessinées humoristiques sur la famille royale, le palais n’a jamais souhaité réagir : « Je trouve ça dommage, mais je n’ai jamais voulu en savoir plus. Je me suis déjà laissé dire que le Roi appréciait. Je suis curieux de voir cette fois ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite