Eviction du sujet ISPPC au conseil communal de Charleroi: «Une décision incompréhensible», selon le PTB

Eviction du sujet ISPPC au conseil communal de Charleroi: «Une décision incompréhensible», selon le PTB
D.R.

Le bureau qui détermine l’ordre du jour du conseil communal de Charleroi a décidé de ne pas aborder le dossier de l’ISPPC (Intercommunale de Santé Publique du Pays de Charleroi) à l’occasion du conseil communal de ce lundi 2 septembre. « Une décision incompréhensible », selon Germain Mugemangango, chef de groupe PTB au conseil communal de Charleroi.

« Nous sommes devant une intercommunale qui est manifestement aux prises avec des mécanismes de malgouvernance et les partis de la majorité refusent que les citoyens en sachent plus », lance-t-il.

L’argument utilisé par le PS, le CDH et Ecolo qui ont voté pour l’évacuation de ce point de l’ordre jour ne convainc pas l’élu du PTB. « Ils ont décidé de supprimer la motion, l’intervention et la question d’actualité que nous avions déposées à l’occasion du conseil de ce lundi », explique Germain Mugemangango.

« Selon eux, les débats sur le conseil d’administration (CA) de l’ISPPC doivent avoir lieu au sein du CA de l’ISPPC. Or cette thèse ne s’appuie sur aucun règlement officiel. C’est une ’tradition’ anti-démocratique imposée depuis des années par le bourgmestre Paul Magnette qui ne repose sur aucun règlement et qui empêche un débat public et transparent sur le sujet. »

« Un intérêt pour les citoyens »

La réglementation évoque « l’intérêt communal » pour justifier de la tenue ou pas d’un débat au sein du conseil communal : « Qui pourrait expliquer sérieusement qu’une intercommunale qui gère les hôpitaux dans notre ville et qui emploie 5.000 personnes ne serait pas d’un intérêt pour les citoyens de notre ville ? », questionne Germain Mugemangango.

Le chef de groupe PTB au conseil communal de Charleroi s’appuie encore sur le Code de Démocratie locale, qui « donne la possibilité à 1/3 des conseillers de convoquer un membre du CA d’une intercommunale pour répondre aux questions des conseillers ».

« La moitié du CA actuel de l’ISPPC était dans le CA qui a pris les décisions cassées par la Ministre De Bue », d’après G.Mugemangango. « Plusieurs conseillers communaux à la Ville de Charleroi étaient aussi dans ce CA et pourraient donc nous éclairer sur la situation. Le chef de groupe PS était dans ce CA qui a créé le poste de conseiller général pour Thomas Salden… »

« Ecolo s’est battu dans le passé pour une meilleure gouvernance à la Ville de Charleroi et aurait dû soutenir la proposition d’en débattre au conseil. Eux et les autres partis traditionnels peuvent encore accéder à cette demande démocratique légitime. C’est d’autant plus nécessaire que d’après mes informations, les problèmes de l’ISPPC ne sont pas mis à l’ordre du jour du prochain CA de cette intercommunale », conclut Germain Mugemangango.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Le fantasme des apôtres de la sécurité publique
: plus on pourra scanner les foules et identifier des suspects, plus la criminalité reculera. Encore faudrait-il que le système soit performant.

    Grand format – Le délit de sale gueule de la reconnaissance faciale

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite