Manifestation à Moscou: des centaines de personnes protestent contre les «répressions politiques» (images)

Des centaines de manifestants ont défilé samedi à Moscou pour protester contre les « répressions politiques », dernière action en date d’un important mouvement de contestation qui secoue la capitale une semaine avant des élections locales controversées.

Des manifestations ont eu lieu quasiment chaque week-end à Moscou depuis la mi-juillet pour protester contre l’éviction des candidats de l’opposition de l’élection du Parlement de Moscou prévue pour le 8 septembre. Non autorisées, la plupart des actions ont été sévèrement réprimées par la police.

La marche de samedi, organisée à l’appel du principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, récemment relâché de prison mais qui n’était pas présent, a traversé dans le calme de grands boulevards du centre. Les manifestants ont tenu des pancartes appelant à la libération des « prisonniers politiques » arrêtés lors des actions précédentes et ont scandé « C’est notre ville ! ».

Aucune arrestation

Les autorités ont appelé les participants à renoncer au rassemblement sous peine d’en « porter la responsabilité », mais la police, présente en nombre, n’avait procédé à aucune arrestation en milieu d’après-midi.

« Je veux que les droits des Moscovites soient respectés », a scandé lors de la marche l’opposante Lioubov Sobol, une alliée d’Alexeï Navalny. La jeune avocate avait été aspergée de boue jeudi près de son domicile.

Un groupe de jeunes femmes présentes à la marche a également déployé une banderole rose contre les violences domestiques.

Le mouvement de contestation, le plus important depuis le retour de Vladimir Poutine au Kremlin en 2012, a donné lieu à près de 2.700 arrestations et à l’ouverture de plusieurs procès pour « troubles massifs » et « violences à l’encontre des forces de l’ordre ».

La plupart des meneurs de l’opposition ont enchaîné les courtes peines de prison pour leurs appels à manifester, à l’exemple d’Ilia Iachine, emprisonné pour la cinquième fois consécutive mercredi.

L’organisation de Navalny, le Fonds de lutte contre la corruption, est de son côté visé par une enquête pour « blanchiment ».

Le mouvement de contestation a débuté après le rejet, officiellement pour des vices de forme, de l’enregistrement d’une soixantaine de candidats indépendants à l’élection du Parlement de Moscou. Chargée de valider le budget faramineux de la capitale, cette instance est actuellement composée de fidèles du maire pro-Kremlin, Sergueï Sobianine.

Ce scrutin et les autres élections régionales et locales qui se tiendront parallèlement s’annoncent difficiles pour les candidats du pouvoir, dans un contexte de grogne sociale et de stagnation économique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20150129-37L6LD 2015-01-29 10:05:39

    Banque: un accès au cash toujours plus complexe

  2. Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez.

    Bouchez-Coens: deux novices pour sortir de la crise politique

  3. Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.

    Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «La grande misère du choix électoral»

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Le grand fossé de l’impeachment, dans l’Amérique de Trump

    Montez ! Sautez dans le traîneau des esprits de Noël, et laissez-vous mener par-delà les villes et les champs, pour entrer dans les chaumières et prendre le pouls des foyers américains ! Cette radioscopie à la Dickens, dont rêvent tous les sondeurs depuis l’élection surprise de Donald Trump en 2016, ne vous réjouirait guère : jamais depuis la guerre de Sécession (1861-1865), nos cousins n’ont été plus divisés, ne se sont ainsi entre-déchirés, au point de reconsidérer, de plus en plus fréquemment, leur participation au sacro-...

    Lire la suite