Le paddock sous le choc après le décès d’Anthoine Hubert à Spa-Francorchamps

Le pilote automobile français Anthoine Hubert, 22 ans, a trouvé la mort samedi à Spa-Francorchamps dans le terrible accident survenu lors de la Course 1 de Formule 2 disputée en marge du Grand Prix de Formule 1, a-t-on appris auprès des organisateurs. La course a été annulée.

La course 2 de Formule 2 prévue dimanche à Spa-Francorchamps a de ce fait également été cancellée, ont indiqué les organisateurs.

>Le pilote français Anthoine Hubert tué lors de l’accident de Formule 2 à Spa-Francorchamps

L’accident

L’accident a eu lieu sur l’une des parties les plus rapides du circuit belge, le Raidillon de l’Eau Rouge, où la piste remonte brusquement après une descente. L’incident est survenu à 17h07, a précisé la FIA, la fédération internationale automobile dans un communiqué. Le décès d’Anthoine Hubert est intervenu à 18h35 des suites de ses blessures.

>Décès d’Anthoine Hubert: la course de Formule 2 prévue à Spa-Francorchamps dimanche annulée

Quatre pilotes concernés

Impliqué au début du 2e tour de la course dans un carambolage à grande vitesse avec l’Américain Juan Manuel Correa et le Japonais Marino Sato, Hubert est mort des suites de ses blessures alors que Correa avait été emmené à l’hôpital victime de fractures aux jambes. Il est depuis dans un état stable après avoir été pris en charge au CHU de Liège. Sato est lui indemne.

La FIA parle aussi du Français Giuliano Alesi, le fils de l’ancien pilote de Formule 1 Jean Alesi, comme quatrième pilote impliqué dans l’accident. Il est indemne.

>Qui était Anthoine Hubert, le pilote automobile français tué à Spa-Francorchamps? (vidéo)

Seulement 22 ans

La F2 est le dernier échelon des formules de promotion en sport automobile avant la F1 et Hubert occupait avant les courses de Spa la 8e place au championnat après 16 épreuves. Il courait en F2 pour l’écurie britannique BWT Arden. Il n’avait que 22 ans.

Le Grand Prix de Belgique de Formule 1 prévu dimanche est maintenu au programme.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Jean-Marc Fortin a été surpris par Fernando Alonso qui approche le rallye-raid comme la F1.

    Par DOMINIQUE DRICOT

    Moteurs

    Jean-Marc Fortin: «Fernando Alonso est un professionnel hors-norme»

  • En se mettant tout seul hors de la route, Thierry Neuville a perdu une occasion en or de se relancer dans la chasse aux lauriers. @News

    Par Thierry Wilmotte et Envoyé spécial à Marmaris, Thierry Wilmotte

    Rallye

    Thierry Neuville n’a plus vraiment son sort entre les mains

  • @News

    Par Thierry Wilmotte

    Rallye

    Les dieux du ciel turcs étaient avec Neuville

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite