Incendies en Amazonie: les flammes continuent à gagner du terrain (photos)

Les incendies au Brésil poursuivent leur progression ce weekend, notamment en Amazonie, malgré la mobilisation de l’armée et l’interdiction de la pratique des brûlis dans la plus vaste forêt tropicale du monde.

Selon l’Institut national de recherche spatiale (INPE) qui surveille la progression des départs de feu en temps réel, 3.859 nouveaux incendies, dont environ 2.000 en Amazonie, ont été enregistrés dans les journées de jeudi et vendredi.

Le gouvernement a publié jeudi un décret interdisant la pratique du brûlis dans l’ensemble du pays.

Dans un nouveau décret publié tard vendredi, cette interdiction a toutefois été limitée à l’« Amazonie légale », soit les neuf Etats brésiliens où s’étend la forêt tropicale humide. Ailleurs, elle reste permise avec autorisation préalable quand elle est considérée comme «essentielle» pour les pratiques agricoles.

Brésil: le nouveau décret de Bolsonaro pour éteindre les feux en Amazonie laisse perplexe

De janvier au 30 août, le Brésil a enregistré 88.816 départs de feu, selon l’INPE, dont 51,9% en Amazonie, conséquence directe, selon les spécialistes, de l’augmentation de la déforestation.

Le Brésil a connu des années bien pires que 2019 en matière de feux de forêt, mais depuis 2004, date du début de l’analyse en temps réel de la déforestation, c’est la première fois qu’autant de feux sont recensés dans une année de sécheresse modérée, selon des spécialistes.

Selon les données satellitaires, la déforestation progresse, liée à l’exploitation de zones forestières par les bûcherons et les grands propriétaires terriens.

Le président brésilien Jair Bolsonaro a d’abord minimisé la crise des incendies en Amazonie, pointant du doigt les ONG comme responsables des départs de feu.

Il s’est ensuite décidé à agir sous la pression de la communauté internationale, inquiète de la situation dans une forêt vitale pour la planète.

Incendies en Amazonie: le Chili va envoyer 4 avions au Brésil avec l’aide du G7

Bolsonaro a finalement autorisé l’envoi de l’armée pour combattre les feux, mais a conditionné la réception de 20 millions de dollars offerts par les pays du G7, à une rétraction du président français Emmanuel Macron sur la possibilité de conférer un statut international à l’Amazonie.

Selon un sondage publié samedi par l’Institut Datafolha, 66% des Brésiliens estiment que le pays devrait accepter l’aide financière étrangère pour combattre les feux.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06670710

    Brexit: Boris Johnson menace d’élections anticipées

  2. Le 17 août 1996, sur les marches du palais de justice de Neufchâteau, apparaît, entre deux policiers, un petit homme rondouillard, aux traits creusés par des heures d’interrogatoires.

    Michel Nihoul est mort: l’affaire Dutroux perd l’une de ses figures

  3. Schwarzenegger dans le dernier «
Terminator
».

    Arnold Schwarzenegger: «La saga ‘Terminator’ a été un chapitre très important de ma vie»

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite