Accueil Société

«Le Soir» libéré des collabos retrouva dans la joie ses lecteurs le 6 septembre 1944

Durant quatre ans, « Le Soir » volé par les nazis tente de tromper les Bruxellois. A la Libération, les journalistes qui avaient cassé leur plume en 1940 reviennent dans la joie. Mais aussi avec le poids de ces années de privation de leur titre.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 6 min

Le 6 septembre 1944, Le Soir libéré des collabos qui ont usurpé son titre et manipulé ses lecteurs pendant 4 ans, reparaît. Il est antidaté, comme traditionnellement, au 5 septembre («  Le Soir pour demain ! », comme le criaient les marchands de rue). Dès 8 heures du matin, des anciens de la rédaction retrouvent leurs bureaux occupés par les propagandistes fascistes et rexistes (la plupart des journalistes « embochés » n’ont pas 30 ans), tous chassés de la rédaction, qu’ils ont si longtemps occupée.

Lucien Fuss, son directeur retrouve son fauteuil. Il écrit son dégoût dans l’éditorial auquel il s’attelle immédiatement : « J’écris ces lignes dans le fauteuil que j’ai quitté il y a quelque quatre ans. J’ai ôté, pour ne pas me salir, le coussin rembourré où je ne sais déjà plus quel usurpateur venait reposer, sous la protection de l’occupant, son arrière-train délicat ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Meeus Roger, samedi 21 septembre 2019, 2:26

    A quand une rééedition du fameux film Un soir de joer. Ce sut chouette pour fêter cet anniversaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs