Négociations: dernière ligne droite pour le gouvernement wallon

Jean-Marc Nollet
: «
L’heure des arbitrages est venue
».
Jean-Marc Nollet : « L’heure des arbitrages est venue ». - belga

Le gouvernement wallon est phase d’atterrissage. Les plus optimistes tablent sur un accord d’ici à la fin de la semaine. Cela permettrait de faire valider l’arc-en-ciel (PS, Ecolo, MR) par les instances des partis et d’avoir le nouveau casting pour les fêtes de Wallonie. Selon nos informations, la plupart des textes sont prêts. Ils ont été relus et amendés par les négociateurs.

On n’est cependant pas à l’abri de quelques turbulences. Jean-Marc Nollet l’a confirmé samedi lors du congrès de rentrée d’Ecolo : « L’heure des arbitrages est venue. On va désormais aborder les sujets délicats qui nous différencient. On les connaît. On va voir si les choses peuvent avancer suffisamment… »

Un manque de vert dans l’arc-en-ciel ?

En coulisses, on apprend que les verts ne sont pas rassurés par ce qu’ils ont lu dans les différentes notes. « Les ambitions climatiques seront-elles à la hauteur des discours tenus par les différentes formations ? », s’interroge un écologiste. « Y a-t-il une réelle volonté de rencontrer ces enjeux ? Cela doit aller de pair avec des investissements en la matière dans tous les domaines comme le logement, l’énergie ou encore l’aménagement du territoire. »

On s’inquiète aussi des avancées sur le volet « bonne gouvernance ». Le scandale à l’ISPPC, autour de la candidature du demi-frère d’Olivier Chastel à un poste créé sur mesure, a relancé le débat sur la transparence. « Et Publifin. On fait quoi de cette affaire ? », lâche un élu sceptique.

Une dizaine de « gros nœuds »

Il y aurait environ « une dizaine de gros nœuds » à défaire dans les prochains jours. Outre, les thématiques chères aux écolos, on parlera aussi enseignement. MR, PS et Ecolo ne sont toujours pas d’accord sur le décret inscription ou l’allongement du tronc commun.

Au menu aussi : la réforme des APE (les emplois aidés par le public), les aéroports wallons et les ventes d’armes. « Ce sont les grands points de divergence », confirme-t-on au MR. « Il va falloir trouver des compromis mais il faudra aussi pouvoir venir devant les militants en ayant obtenu des choses. »

Les libéraux sont plutôt confiants. Si les militants d’Ecolo décident de recaler l’accord, ils pourront se contenter d’une alliance avec les socialistes. PS-MR disposent à deux d’une majorité suffisante.

Après un week-end studieux, surtout occupé par des discussions internes, tout le monde se retrouve autour de la table ce lundi. Pas question de discussions au finish jusqu’au bout de la nuit. Entre les invitations des informateurs royaux pour le fédéral, et un Jean-Marc Nollet qui doit parcourir la Wallonie et Bruxelles pour défendre son ticket coprésidentiel, les journées s’annoncent « intensives » mais pas forcément tardives.

Les Flamands visent toujours le 23 septembre

Par Maxime Biermé

Si côté wallon, un gouvernement pour les fêtes de Wallonie (mi-septembre), semble quasiment acté, il faudra patienter un petit plus de côté flamand. Invitée du JT de VTM, dimanche midi, la ministre de l’Enseignement et négociatrice pour le CD&V, Hilde Crevits, a réaffirmé sa volonté d’aboutir d’ici au 23 septembre. « Il n’est pas judicieux de se fixer une deadline mais ce serait bien. Je pense qu’on peut y arriver » Pour rappel, Jan Jambon mène les négociations pour la N-VA et devrait être le prochain ministre-président de la Flandre. Le VLD est aussi autour de la table.

Interrogée sur le fédéral où on attend un nouveau rapport des informateurs pour la fin de la semaine, Hilde Crevits a assuré que son parti était toujours concerné par les discussions. Elle a invité N-VA et PS à se parler, précisant que « vu l’urgence », il ne servait à rien de venir avec des « exigences fortes ».

Sur le même sujet
Partis politiques
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous