Coupe du monde de basket: les Américains commencent par une victoire, la France émerge face à l’Allemagne

@News
@News

Les basketteurs américains, favoris pour l’or malgré l’absence de leurs stars, ont commencé leur Coupe du monde par une large victoire sur la République tchèque, 88 à 67, dimanche à Shanghai.

Les hommes de Gregg Popovich, l’entraîneur des San Antonio Spurs, n’ont pas eu de problèmes, remportant les quatre quart-temps et creusant régulièrement l’écart.

On n’en attendait pas moins de ces joueurs qui, s’ils ne sont que l’équipe C ou D de leur pays, sont quand même tous des joueurs importants de NBA. La République tchèque, pays sans référence dans le basket, est en plus privée de son meilleure élément, l’intérieur Jan Vesely.

Le jeune arrière des Utah Jazz Donovan Mitchell a été le meilleur marqueur du match avec 16 points, devant l’intérieur Harrison Barnes, le seul champion olympique de la bande (14 points), et le meneur Kemba Walker (13 points), l’un des deux seuls All Star avec Khris Middleton.

On en saura un peu plus sur l’état de forme de cette équipe, qui a subi en préparation contre l’Australie la première défaite d’un collectif 100 % NBA depuis 2006, après le match de mardi contre la Turquie.

Les Turcs ont facilement dominé le Japon 86 à 67 avec 19 points du vétéran de NBA Ersan Ilyasova. La jeune star du basket nippon Rui Hachimura, premier joueur de son pays drafté cette année, a inscrit 15 points.

A part l’entrée en lice des doubles tenants du titre, les deux matchs les plus attendus était Australie-Canada et France-Allemagne.

Longtemps accrochés, les Australiens l’ont emporté grâce à gros quatrième quart-temps (32-15). Leur meneur Matthew Dellavedova a marqué 24 points. Du côté canadien, Khem Birch, l’un des deux seuls joueurs de NBA à n’avoir pas fait l’impasse pour l’équipe à la feuille d’érable (sur un potentiel d’une quinzaine), a marqué 18 points. Dans le même groupe (H) à Dongguan, la Lituanie a écrasé le Sénégal 101 à 47.

Les Français ont pris un départ canon (14-0) mais ont dû s’accrocher, derrière Evan Fournier (26 points) et Rudy Gobert (5 contres) pour remporter de justesse ce choc de la poule (78-74) après le réveil du meneur Dennis Schröder (23 points) et du pivot-shooteur Johannes Voigtmann (25 points).

A Nankin (groupe F), la Grèce, l’un des candidats au podium, a largement battu le Monténégro 85 à 60. Le MVP de la NBA Giannis Antetokounmpo s’est contenté de 10 points et 8 rebonds en 15 minutes de jeu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Trump et la diplomatie du «deux poids deux mesures»

    Trump, s.v.p., sauvez Hong Kong », clament les protestataires de « la perle de l’Orient ». «Nous sommes derrière vous à 100%», déclare le vice-président américain Mike Pence au leader de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido. Pour ceux qui combattent des régimes autoritaires, la tentation d’accepter de l’aide « d’où qu’elle vienne » est inévitable, mais le pari est risqué, car l’appui d’une puissance controversée, comme aujourd’hui l’Amérique de Donald Trump, peut compromettre ou contredire les valeurs de liberté et de patriotisme dont ils se réclament.

    Dans les pays qui ont été marqués par les ingérences étrangères, il ne faut jamais sous-estimer la force du ressentiment nationaliste, qui offre à leurs dirigeants un moyen de discréditer...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite