L’ouragan Dorian frappe les Bahamas de plein fouet

L’ouragan Dorian frappe les Bahamas de plein fouet

L’ouragan Dorian s’est abattu dimanche sur les Bahamas avec des pluies torrentielles et des vents frôlant les 300 km/h, un niveau sans équivalent dans l’histoire de cet archipel des Caraïbes.

L’ouragan de catégorie 5, qualifié de «catastrophique» par le Centre national des ouragans américain (NHC), a touché terre à Elbow Cay, sur les îles Abacos dans le nord-ouest de Bahamas. «Nous sommes face à un ouragan (...) comme nous n’en avons jamais vu dans l’histoire des Bahamas», a déclaré Hubert Minnis, Premier ministre de cet archipel de quelque 700 îlots situé entre la Floride, Cuba et Haïti. «C’est probablement le jour le plus triste de ma vie», a-t-il ajouté, en larmes.

Depuis la Maison Blanche, le président américain Donald Trump a appelé à la plus grande vigilance face à ce phénomène climatique «très très puissant». «Priez pour les habitants des Bahamas», a-t-il tweeté peu après.

«Très difficile à prédire»

Après les Bahamas, l’ouragan devrait se rapprocher de la côte est de la Floride (sud-est des Etats-Unis) lundi soir et mardi, mais il est difficile de prévoir avec quelle intensité il va frapper le «Sunshine State». «Beaucoup de mouvement, très difficile à prédire», avait résumé samedi Donald Trump dans un tweet. «Initialement, il devait frapper directement la Floride», a-t-il rappelé dimanche matin à son arrivée à la Maison Blanche de retour de Camp David. «Il semble désormais qu’il va remonter vers la Caroline du Sud et la Caroline du Nord. La Géorgie et l’Alabama vont aussi être touchées».

«Mais sa course pourrait encore changer», a mis en garde le locataire de la Maison Blanche, qui a annulé le voyage qu’il devait effectuer en Pologne ce week-end.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La vigilance s’impose avant l’achat d’un bien pour ne pas être dépassé par des coûts imprévus.

    Vices cachés: l’acheteur démuni face aux mauvaises surprises

  2. John Lelangue pose à côté de la voiture Molteni, «
qui était souvent à la maison
» quand il était plus jeune.

    Les managers du cyclisme belge: John Lelangue est tombé dedans quand il était petit

  3. C’est en 2013, sous la direction de Mickael Coedel, que Mr Hublot le comptable vieux garçon qui n’a jamais mis le nez hors de chez lui, s’est finalement animé.

    Festival Anima: le «Frenchie» de l’animation américaine

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite