Scènes de chaos: Dorian est l’ouragan le plus violent à avoir frappé les Bahamas (vidéos)

La Nasa a filmé l’ouragan depuis la Stations spatiale internationale.
La Nasa a filmé l’ouragan depuis la Stations spatiale internationale. - EPA

L’ouragan Dorian s’est abattu dimanche sur les Bahamas avec des pluies torrentielles et des vents frôlant les 300 km/h, un niveau sans équivalent dans l’histoire de cet archipel des Caraïbes. L’ouragan de catégorie 5, qualifié de «catastrophique» par le Centre national des ouragans américain (NHC), a touché terre à Elbow Cay, sur les îles Abacos dans le nord-ouest des Bahamas.

«Nous sommes face à un ouragan (...) comme nous n’en avons jamais vu dans l’histoire des Bahamas», a déclaré Hubert Minnis, Premier ministre de cet archipel de quelque 700 îlots situé entre la Floride, Cuba et Haïti. «C’est probablement le jour le plus triste de ma vie», a-t-il ajouté, en larmes.

Des vidéos publiées sur le site du journal Tribune 242 des Bahamas montraient des vagues gigantesques atteignant les toits de maisons en bois, des bateaux chavirés flottant dans une eau boueuse au milieu de branches d’arbres, de planches et d’autres débris. D’autres vidéos publiées sur les réseaux sociaux montraient des voitures renversées, des poteaux téléphoniques et des arbres arrachés par le vent et des habitations gravement endommagées. L’AFP n’a pu confirmer dans l’immédiat l’authenticité de ces images.

Selon le NHC, basé à Miami, Dorian a égalé le record, qui date de 1935, de l’ouragan le plus puissant de l’Atlantique lorsqu’il a touché terre, faisant redouter des scènes de dévastation. «Les gens sont encore traumatisés par Matthew (en 2016) mais c’est encore pire», a expliqué à l’AFP Yasmin Rigby, qui vit à Freeport, à Grand Bahama.

Depuis la Maison Blanche, le président américain Donald Trump a appelé à la plus grande vigilance face à ce phénomène climatique «très très puissant». «Priez pour les habitants des Bahamas», a-t-il tweeté peu après.

Après les Bahamas, la Floride

Après les Bahamas, l’ouragan devrait se rapprocher de la côte est de la Floride lundi soir et mardi, mais il est difficile de prévoir avec quelle intensité il va frapper le «Sunshine State». «Beaucoup de mouvement, très difficile à prédire», avait résumé samedi Donald Trump dans un tweet.

«Initialement, il devait frapper directement la Floride», a-t-il rappelé dimanche matin à son arrivée à la Maison Blanche de retour de Camp David. «Il semble désormais qu’il va remonter vers la Caroline du Sud et la Caroline du Nord. La Géorgie et l’Alabama vont aussi être touchées». «Mais sa course pourrait encore changer», a mis en garde le locataire de la Maison Blanche, qui a annulé le voyage qu’il devait effectuer en Pologne ce week-end.

Le gouverneur de Caroline du Sud, Henry McMaster, a déclaré l’état d’urgence dans son Etat. «La force et le caractère imprévisible de la tempête nous obligent à nous préparer à tous les scénarios», a-t-il souligné. L’état d’urgence avait déjà été déclaré en Floride et dans une douzaine de comtés de l’Etat de Géorgie. Cette mesure permet de mieux mobiliser les services publics de l’Etat et de recourir si besoin à l’aide fédérale. Une évacuation obligatoire a été ordonnée pour les régions côtières des comtés de Palm Beach et Martin, en Floride.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les expéditions des scientifiques ciblent les grottes du sud de la Chine et de l’Asie du Sud-Est car ces régions sont des points chauds pour l’émergence de nouveaux coronavirus.

    En Chine, des scientifiques parcourent les grottes à la recherche de nouveaux coronavirus

  2. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

  3. Quentin Ketelears et Nathalie François ont co-créé «
Molly&Fonz
», un studio créatif. Ils sont depuis 2017 employés par la Smart.

    La Smart lance le contrat à durée indéterminée pour entrepreneur

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite