Manifestations à Hong Kong: des élèves forment des chaînes humaines devant les écoles, le métro bloqué

Les élèves hongkongais du secondaire ont formé lundi des chaînes humaines et des manifestants ont tenté de perturber la circulation des métros, dans de nouvelles actions de la mouvance prodémocratie après un week-end marqué par de graves violences.

L’ex-colonie britannique connaît depuis trois mois sa plus grave crise politique depuis la rétrocession en 1997, avec des actions quasi quotidiennes pour dénoncer l’ingérence grandissante de la Chine dans les affaires intérieures de sa région semi-autonome. Pékin, qui affiche un soutien indéfectible au gouvernement hongkongais, a multiplié les manœuvres d’intimidation, avec des manœuvres à la frontière ou encore de pressions sur les entreprises hongkongaises.

« La fin est proche » pour la mobilisation prodémocratie, a encore averti dimanche soir l’agence officielle Chine nouvelle dans un éditorial, sans donner plus de précisions.

Cela n’a pas empêché lundi matin des manifestants vêtus de noir, couleur emblématique du mouvement, de cibler à nouveau le MTR, le réseau de métro crucial au fonctionnement de Hong Kong, en bloquant dans quelques stations les portes des rames pour les empêcher de partir.

Dans la matinée, des élèves du secondaire ont également formé des chaînes humaines devant plusieurs lycées publics. Certains portaient des masques à gaz, des casques et des lunettes de protection, comme le font les manifestants pour se protéger des lacrymogènes. Des élèves ont même séché les cours pour se rendre à une manifestation dans le centre de l’ex-colonie britannique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite