Accueil Opinions Chroniques

Johnson, Bolsonaro, Trump...: un monde de dingues

L’actualité de cet été regorge d’événements surréalistes et non moins inquiétants. Entre autres morceaux choisis : le coup de force de Boris Johnson, les insultes de Bolsonaro, et les obsessions de Donald Trump…

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 4 min

C’est dans le pays qui représente la quintessence de la démocratie parlementaire, la Grande-Bretagne, que le chef du gouvernement a décidé de mettre en vacances la démocratie parlementaire.

L’Italie vient de passer d’un gouvernement d’extrême droite à un gouvernement de gauche, sans, qu’entre-temps, il n’y ait eu d’élections.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Fuld Daniel, mercredi 2 octobre 2019, 20:23

    Voilà comment la Démocratie tue la Démocratie !

  • Posté par Centrale Nationale Des Employes , mardi 3 septembre 2019, 15:07

    Analyse très pertinente mais il manque quelques personnalités belges. L'article aurait peut-être été trop long!

  • Posté par Lebrun Marie-france , mardi 3 septembre 2019, 15:57

    Et oui. Vous avez sans doute raison, vous qui êtes plus proches des gens de pouvoir que nous les petits Belges pensionnés qui n'avons que les médias pour nous informer. Par contre, je faisais une analyse sans parti pris et donc je n'ai nommé personne et ne le ferai pas. Ce n'est pas mon rôle et ce n'est pas non plus dans mes attributions. Je pense simplement à ce qui est MORAL ET A CE QUI EST AMORAL. Je ne doute pas que vous connaissez - même sans le vouloir - certains détails, inconnus de personnes comme moi. Bien à vous. MFL

  • Posté par Lebrun Marie-france , mardi 3 septembre 2019, 10:46

    Qui sommes-nous pour juger ou méjuger? Un petit état européen de l'ouest, partagé en 3 régions et 3 communautés, ayant chacune leurs élus politiques et décisionnaires. De plus, en Belgique, on a totalement ignoré sUr le plan de la reconnaissance réelle la Communauté Germanophone : l'Allemand n'a jamais été reconnu comme une langue officielle avec le Français et le Néerlandais. Pourtant, étymologiquement et historiquement, le Néerlandais n'est qu'un dialecte de l’Allemand et pas une langue. Même les Pays-Bas l'admettent et leurs Universités utilisent l'Anglais pour faciliter les études de tout un chacun. Notre démocratie est tellement compliquée à appliquer JURIDIQUEMENT qu'on en arrive à des situations totalement aberrantes telles que des délais "hors délais" pour former un gouvernement qui pour finir ne correspond pas aux votes des électeurs, et chez nous, le vote est pourtant obligatoire. Il semble que la Belgique excelle dans le jeu de la chaise musicale et on retrouve toujours les mêmes mais à des postes d'autorité et de spécialisation tellement différents que l'on se demande si chacun d'eux n'a pas dépassé son seuil de l'échelle de Peter. Alors, qui somme-nous donc pour juger ... ? Maintenant, je comprends et j'admets que des situations actuelles dans certains grands pays décideurs mondiaux n'ont plus du tout, même s'ils s'en convainquent eux-mêmes, de véritables démocraties. Mes grand'parents, ayant connu deux guerres, me disaient souvent, que le monde commençait à tourner"fou"; ils avaient raison ! MFL

  • Posté par Giblet Philippe, mercredi 4 septembre 2019, 17:52

    L'allemand est bien une langue officielle en Belgique. Qui sommes nous pour juger? Je vous rappelle que Jean François Kahn est français.

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs