Accueil Société

Grand format - Il y a 75 ans, la libération confronte Bruxelles aux horreurs d’avant et à celles à venir

Le 3 septembre 1944, l’arrivée des Alliés à Bruxelles, suivie de celle de la Brigade Piron, fut rapide. Le souvenir de quatre années de guerre imprègne d’un goût amer les réjouissances. D’autres cruautés sont à venir.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 1 min

La libération de Bruxelles, il y a 75 ans, ne fut, militairement, qu’une anecdote dans la curée finale qui allait abattre le régime nazi. Il y eut, avant cela, le débarquement en Normandie. Il y aura, en décembre, la boucherie de la bataille des Ardennes qui suivit celle d’Arnhem (Pays-Bas) et aussi, en Belgique, tous ces morts civils sous les V2 et V1, lancés comme de derniers râles vengeurs par les nazis agonisants.

La libération de la capitale se commémore le plus souvent comme une fête, un moment de joie irrésistible après tant d’années passées sous le joug de l’Occupant. Bruxelles, comme toute la Belgique, sentait et espérait, depuis l’annonce du débarquement en Normandie, l’imminence d’un déplacement de l’avance alliée en leurs murs. Non sans crainte.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Meeus Roger, lundi 2 septembre 2019, 18:37

    Tout ça pour tomber là où nous sommes à présent avec les néo nazis qui pavoisent à tout va

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs