Romelu Lukaku, victime de cris racistes, réagit: «Au lieu d’aller de l’avant, nous reculons»

Romelu Lukaku, victime de cris racistes, réagit: «Au lieu d’aller de l’avant, nous reculons»
Photo News

Triste scène dimanche soir lors du déplacement de l’Inter à Cagliari. Au moment de tirer son penalty, Romelu Lukaku a été la victime de cris racistes de la part de supporters dans les tribunes.

Le Diable rouge a réagi dans un long message posté sur son compte Instagram : « Beaucoup de joueurs ont souffert d’abus racistes ces derniers mois. J’en ai été victime hier soir. Le football est un jeu dont tout le monde doit profiter et nous ne devrions accepter aucune forme de discrimination qui ferait honte à notre sport. J’espère que les fédérations de football du monde entier vont réagir fermement ».

« Les réseaux sociaux doivent mieux travailler comme les clubs de football parce que tous les jours on voit au moins un commentaire en dessous d’un post sur une personne de couleur. Nous le disons depuis des années et il n’y a toujours pas d’action. »

Et de conclure, « mesdames et messieurs nous sommes en 2019, au lieu d’aller de l’avant nous reculons. Et j’espère que les joueurs vont s’unir et prendre position sur ce sujet pour garder ce sport propre et agréable pour tout le monde ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite