Accueil

Elections 2019: 100 jours sans gouvernements, pourquoi tout ce temps ?

Cent jours après le 26 mai, seuls Bruxelles et la Communauté germanophones ont leur gouvernement. Le fédéral est en panne sèche. La Flandre et la Wallonie sont annoncés mais cogitent encore. Pourquoi tout ce temps ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

En résumé et en théorie : cent jours, c’est cinquante de trop. Passons sur le fédéral, hors de cause tant, tout le monde le reconnaît, les résultats du 26 mai (le fossé droite-gauche nord-sud + la poussée séparatiste en Flandre) portaient tout droit au blocage prolongé. Le fédéral est excusé. Les Régions, elles, un peu moins. Si Bruxelles a conclu, pour la Flandre et la Wallonie, certes ça se précise, mais, à ce stade, on attend toujours.

Pourquoi tout ce temps ? Peut-on l’expliquer ? Trois choses.

1

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Reginster Jean-luc , mardi 3 septembre 2019, 16:41

    Si on compare le coût administratif et institutionnel de la Belgique avec celui des Pays-Bas ( un petit Etat de dimension comparable ), nous y consacrons chaque année environ 3% de PIB en plus que nos voisins du nord. De quoi compenser largement le déficit budgétaire projeté dans cinq ans à politique inchangée. Même si comparaison n'est pas toujours raison, il faut quand même admettre qu'on peut faire mieux sans porter atteinte au pouvoir d'achat des citoyens, en simplifiant notre mille-feuilles institutionnel et notre fourre-tout bureaucratique.

  • Posté par Slezingher , mardi 3 septembre 2019, 15:31

    Une partie de ce déficit pourrait être largement comblée par une simplification de notre organisation politique et administrative. nous sommes un tout petit pays même pas l'équivalent de NEW YORK et de sa banlieue, et nous avons une pléthore de parlements, de provinces, de régions, de communautés, de communes, de CPAS, d'intercommunales, et de tas d'autres organisations inutiles. La particratie préfigure la mort de la démocratie et l'ego de la plupart de nos hommes et femmes politiques fait le reste. Si au moins ce système alambiqué fonctionnait mais nous sommes tous témoins de la désorganisation totale qui règne. Faut il une révolution pour que ces politiques comprennent?

  • Posté par Delforge - Cardon , mardi 3 septembre 2019, 11:38

    Bonjour a tous Me Deckers a raison on doit mouillé le premier parti du pays

  • Posté par Raymond Moriaux, mardi 3 septembre 2019, 11:19

    Quand on pense qu'il n'aura fallu que 3 mois pour construire la sécurité sociale. De septembre à décembre ... 1945.

  • Posté par Raymond Moriaux, mardi 3 septembre 2019, 11:20

    1944, sorry.

Plus de commentaires

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs