LN24 débarque en télévision: la 1ère chaîne belge d’info en continu a fait son grand lancement

La chaîne de télévision LN24, première à proposer de l’information en continu en Belgique, a été lancée officiellement lundi soir, organisant son premier plateau en direct depuis le Parlement européen pour vanter son « ouverture sur le monde ».

La chaîne francophone, déjà présente sur internet depuis le printemps, a commencé à émettre sur le câble à 20h00 heure locale, distribuée par tous les opérateurs locaux, et visible également dans la partie néerlandophone du pays.

« Ce soir, tous ensemble, nous vivons un épisode très important de l’histoire des médias belges », a déclaré la journaliste Catarina Letor, lors de la prise d’antenne au côté de son confrère Maxime Binet.

Plusieurs invités

Le duo a animé pour le lancement un court débat avec la Franco-Marocaine Ilham Kadri, PDG du groupe belge Solvay (un des leaders mondiaux de la chimie), le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, et l’écrivain français à succès Eric-Emmanuel Schmitt. Ces trois personnalités incarnent les trois thématiques que la chaîne veut aborder en priorité : économie, politique et culture.

LN24, raccourci pour « Les News 24 », a été créée par Boris Portnoy, ancien patron de la société de production audiovisuelle Keynews, associé aux journalistes Joan Condijts et Martin Buxant.

La nouvelle chaîne, qui compte à terme employer 45 journalistes (22 ont signé un CDI pour l’instant), débarque dans le paysage médiatique pour bousculer RTL-TVI et la RTBF.

LN24, soutenue financièrement par quatre entreprises privées dont Besix (BTP) et Belfius (banque), fonctionnera avec un budget d’exploitation de 6,5 millions d’euros pour les deux premières années. Elle compte atteindre l’équilibre financier en 2022.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190426-3TL3EV 2019-04-26 15:06:39

    Win, une filiale de Nethys vendue depuis mai à François Fornieri

  2. Rajae Maouane veut porter le combat politique sur les réseaux sociaux.

    Le tandem Nollet-Maouane élu à la tête d’Ecolo: «On sent que les gens ont envie de passer à l’action»

  3. Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.

    PS: Di Rupo et Magnette, passage de témoin sous l’arc-en-ciel

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite