Liège: la Ville disposée à jouer un rôle d’intermédiaire dans un dossier d’expulsion

Liège: la Ville disposée à jouer un rôle d’intermédiaire dans un dossier d’expulsion
Belga

Bien que la Ville de Liège n’est pas supposée intervenir dans un conflit d’occupation d’une propriété privée, l’échevine en charge du logement s’est dit disposée, lundi, à jouer un rôle d’intermédiaire entre le centre social autogéré «Entre-Murs/Entre-Mondes», menacé d’expulsion d’un immeuble inoccupé quai Saint-Léonard, et les propriétaires de celui-ci. Maggy Yerna l’a elle-même affirmé lundi soir, en réponse à une interpellation du groupe Vert Ardent lors du conseil communal.

En juin dernier, une trentaine de jeunes âgés d’une vingtaine d’années, défendant le droit au logement pour tous, se sont installés dans un bâtiment inoccupé situé sur le quai Saint-Léonard (62-64). En date du 23 août, ils ont reçu un avis d’expulsion, leur laissant huit jours pour quitter les lieux. Alors que l’échéance était fixée à vendredi dernier, les occupants sont toujours sur place après que leur situation a été relayée sur les réseaux sociaux et dans les médias.

Lundi soir, au conseil communal de Liège, le groupe Vert Ardent a interpellé le collège quant à cet avis d’expulsion, estimant «vu la bonne volonté dont font part les occupants et l’absence de projet pour ce bâtiment» qu’une solution alternative devrait pouvoir être trouvée qui contenterait toutes les parties.

L’échevine en charge du logement a confirmé que l’immeuble en question, appartenant à deux frères, est inoccupé depuis près de 15 ans. «Au niveau de l’urbanisme, des projets ont été déposés. Ils ont été examinés et validés mais rien n’a été réalisé», a précisé Maggy Yerna.

Les occupants, qui y ont développé des activités destinées à tisser des liens entre les habitants du quartier, regrettent d’avoir reçu cet avis d’expulsion alors qu’ils disent s’être engagés à vider et quitter les lieux dès le lancement d’éventuels travaux. Ils souhaitent, dès lors, pouvoir continuer à occuper l’immeuble.

«J’essaie de joindre les propriétaires depuis vendredi. Bien qu’il s’agisse d’un dossier privé qui n’attend pas d’intervention officielle ou administrative de la Ville, on va continuer à tenter de joindre les propriétaires afin de confronter les deux points de vue. Et si nous n’y arrivons pas, un courrier sera adressé afin d’entrer en contact», a ajouté Maggy Yerna, qui ne pouvait dire s’il existe un nouveau projet, ou non, pour cet immeuble.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite