Liège: la Ville disposée à jouer un rôle d’intermédiaire dans un dossier d’expulsion

Liège: la Ville disposée à jouer un rôle d’intermédiaire dans un dossier d’expulsion
Belga

Bien que la Ville de Liège n’est pas supposée intervenir dans un conflit d’occupation d’une propriété privée, l’échevine en charge du logement s’est dit disposée, lundi, à jouer un rôle d’intermédiaire entre le centre social autogéré «Entre-Murs/Entre-Mondes», menacé d’expulsion d’un immeuble inoccupé quai Saint-Léonard, et les propriétaires de celui-ci. Maggy Yerna l’a elle-même affirmé lundi soir, en réponse à une interpellation du groupe Vert Ardent lors du conseil communal.

En juin dernier, une trentaine de jeunes âgés d’une vingtaine d’années, défendant le droit au logement pour tous, se sont installés dans un bâtiment inoccupé situé sur le quai Saint-Léonard (62-64). En date du 23 août, ils ont reçu un avis d’expulsion, leur laissant huit jours pour quitter les lieux. Alors que l’échéance était fixée à vendredi dernier, les occupants sont toujours sur place après que leur situation a été relayée sur les réseaux sociaux et dans les médias.

Lundi soir, au conseil communal de Liège, le groupe Vert Ardent a interpellé le collège quant à cet avis d’expulsion, estimant «vu la bonne volonté dont font part les occupants et l’absence de projet pour ce bâtiment» qu’une solution alternative devrait pouvoir être trouvée qui contenterait toutes les parties.

L’échevine en charge du logement a confirmé que l’immeuble en question, appartenant à deux frères, est inoccupé depuis près de 15 ans. «Au niveau de l’urbanisme, des projets ont été déposés. Ils ont été examinés et validés mais rien n’a été réalisé», a précisé Maggy Yerna.

Les occupants, qui y ont développé des activités destinées à tisser des liens entre les habitants du quartier, regrettent d’avoir reçu cet avis d’expulsion alors qu’ils disent s’être engagés à vider et quitter les lieux dès le lancement d’éventuels travaux. Ils souhaitent, dès lors, pouvoir continuer à occuper l’immeuble.

«J’essaie de joindre les propriétaires depuis vendredi. Bien qu’il s’agisse d’un dossier privé qui n’attend pas d’intervention officielle ou administrative de la Ville, on va continuer à tenter de joindre les propriétaires afin de confronter les deux points de vue. Et si nous n’y arrivons pas, un courrier sera adressé afin d’entrer en contact», a ajouté Maggy Yerna, qui ne pouvait dire s’il existe un nouveau projet, ou non, pour cet immeuble.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise un gouvernement bruxellois en pré-campagne électorale

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite