Accueil Belgique Politique

Des anciens du PP et La Droite créent un nouveau parti à la droite du MR

Le parti s’appelle « Droite Populaire ».

Temps de lecture: 2 min

Des anciens élus du Parti Populaire (PP) et de La Droite ont décidé de s’unir pour créer une nouvelle formation politique à la droite du MR. Baptisé « Droite Populaire », le nouveau parti tiendra son congrès fondateur le 22 septembre prochain.

Se définissant comme libéral-conservateur, le nouveau parti entend se focaliser surtout sur des thèmes socio-économiques, plutôt que faire campagne sur les questions identitaires.

« Ce qui préoccupe le Wallon, c’est son pouvoir d’achat, sa sécurité, la date de sa pension », analyse André Antoine, secrétaire général et porte-parole du nouveau parti. « Nous n’aurons donc pas de ligne dure sur l’islam ou l’immigration. Nous ne souhaitons pas monter les gens les uns contre les autres et prôner la haine. Ça, c’est pour l’extrême droite ».

Dans cette optique, la formation a dès lors décidé de centrer son programme politique sur la rationalisation des institutions et de leur personnel (suppression du Sénat, des Communautés et des provinces notamment), la neutralité de l’État, la réduction « drastique » des dépenses publiques pour pouvoir baisser les impôts, une pension minimale à 1.450 euros mensuels dès 65 ans et la fin du « matraquage fiscal » des automobilistes notamment.

En matière d’immigration et d’asile, le nouveau parti se borne à préconiser une « politique stricte », mais sans beaucoup plus de détails.

Une première assemblée générale d’information pour les militants est prévue ce vendredi à Jambes, avant un congrès fondateur le 22 septembre prochain à Flémalle.

Droite Populaire sera dirigée par deux co-présidents, à savoir la conseillère communale d’Herstal Vanessa Cibour (ex-PP) et Aldo-Michel Mungo (ancien président de La Droite). Le parti s’est déjà doté d’une nouvelle identité visuelle, faite d’un lettrage couleur bleu azur sur fond blanc.

Ses initiateurs ont également mis l’été à profit pour élaborer un Manifeste et définir une charte d’une vingtaine de pages en matière de communication publique, « pour éviter tout dérapage », selon M. Antoine.

Malgré plusieurs tentatives, la formation n’a pas réussi à convaincre Claude Moniquet, héritier des anciennes Listes Destexhe (aujourd’hui reconverties en « Libéraux Démocrates »), de rejoindre l’aventure.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Christian Dulieu, mardi 3 septembre 2019, 17:03

    Si ça peu prendre des voix au MR pourquoi pas au moins une autre vision dxe la droite vivement les élections

  • Posté par Dubois Raymond, mardi 3 septembre 2019, 15:12

    Encore un parti de plus avec un autre nom ... quelle est leur MOTIVATION ? ok AIDES de l' état - salaires - reconnaissance citoyenne - CELA SUFFIT - RAS LE BOL de tous ces politiciens qui sont prêts à TOUT pour parvenir à se faire connaître .

  • Posté par Carré Albin, mardi 3 septembre 2019, 11:24

    Le conservatisme, c'est comme conduire un véhicule en ne regardant que dans le rétroviseur. L'équation budgétaire semble aussi peu originale, diminuer les impôts comme les services publics, cela plaît aux riches et augmenter les pensions (avec quel argent?) plaît aux pauvres, ratissons large... Des idées simples, très simples et beaucoup de vent, c'est effectivement populaire ces dernières années. Malheureusement, c'est d'une régulation du libéralisme économique qui fait tant de mal en confisquant au profit de quelques-uns tout le fruit de la croissance dont le monde a besoin mais c'est plus difficile à mettre en place que de la démagogie!

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une