Un pochoir de Banksy volé aux abords du Centre Pompidou

Un pochoir de Banksy volé aux abords du Centre Pompidou

Le Centre Pompidou a annoncé mardi avoir « constaté le vol » d’une œuvre du célèbre street-artist Banksy, « réalisée sur l’envers du panneau d’entrée » de son parking souterrain.

Le Centre Pompidou explique dans un communiqué avoir « déposé plainte ce mardi 3 septembre, pour vol et dégradation, au sein d’un espace relevant de son périmètre ».

► Les habitants de Douvres déplorent la disparition d’une célèbre fresque de Banksy

L’œuvre représente un rat au museau masqué brandissant un crayon. Le pochoir « était apparu le 25 juin 2018 et revendiqué le lendemain sur le compte Instagram de l’artiste », rappelle le Centre Pompidou.

« On présume que le panneau métallique a été découpé à la scie. Nous ne sommes pas propriétaires de l’œuvre, c’est pour cela que nous portons plainte pour dégradation », a expliqué le service de communication du Centre Pompidou.

Ce pochoir est accompagné de la légende « Fifty years since the uprising in Paris 1968. The birthplace of modern stencil art » (« Cinquante ans depuis les émeutes de 1968 à Paris. Le berceau de l’art du pochoir »).

Protéger le pochoir

Le Centre Pompidou rappelle que peu après sa réalisation, il « avait décidé de protéger ce pochoir en y apposant une plaque de plexiglas ».

« Une première tentative de dégradation ou de vol avait été interrompue en juillet 2018 par les agents de sûreté du Centre Pompidou, effectuant leur ronde autour du bâtiment », souligne encore le centre culturel.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite