Accueil Économie Entreprises

Plan de transformation chez Match et Smatch: les syndicats pas surpris par l’annonce mais bien par son ampleur

Ce mardi, a été annoncé un plan de transformation qui prévoit la fermeture de 16 magasins et la suppression de 210 emplois.

Temps de lecture: 2 min

Les syndicats de chez Match et Smatch ne se sont pas montrés surpris de l’annonce mardi du plan de transformation chez Match et Smatch, qui prévoit la fermeture de 16 magasins et la suppression de 210 emplois. La CNE et le Setca sont par contre étonnés de son ampleur. Ils se retrouveront pour une réunion vendredi avant de probablement rencontrer la direction des deux enseignes la semaine prochaine. L’heure est d’abord à l’information des travailleurs concernés.

► En difficulté, Match et Smatch veulent fermer 16 magasins et supprimer 210 emplois

Match et Smatch (groupe Louis Delhaize), en difficulté, ont adopté un projet de plan de transformation visant « à redynamiser les deux enseignes » et passant par la fermeture potentielle de 16 magasins, la suppression de 210 emplois, dont 64 à la centrale) sur un total de 2.500 personnes actuellement employées au sein des deux enseignes. Une enveloppe de 40 millions d’euros d’investissements est prévue en parallèle, a annoncé la direction mardi matin.

À lire aussi Étude sur les supermarchés les moins chers: Colruyt, encore et toujours grand gagnant

Une communication qui ne surprend guère le Setca. « Match vivote depuis des années, nous ne sommes donc pas étonnés. Aujourd’hui, le couperet tombe et c’est toujours un choc », confie Catherine Roisin, coordinatrice pour l’enseigne au sein du syndicat socialiste.

« Les chiffres étaient mauvais »

« C’est surprenant et pas surprenant à la fois », abonde Danny Dubois, permanent syndical à la CNE. « Les chiffres étaient mauvais, pour ne pas dire catastrophiques, depuis trois, quatre ans. Mais on n’attendait pas autant de fermetures de magasins et de licenciements. »

Les deux enseignes de supermarchés Match et Smatch affichent en effet des résultats nets négatifs depuis 2013 et qui ne cessent de baisser. En 2018, le résultat net a atteint -22 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 409 millions d’euros.

Le syndicat chrétien s’étonne aussi du nombre d’emplois supprimés au sein de la centrale.

À lire aussi Delhaize, de l’épicerie à la multinationale

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière