Première sélection du prix Goncourt, sans Yann Moix mais avec Amélie Nothomb

Première sélection du prix Goncourt, sans Yann Moix mais avec Amélie Nothomb
Belga

Le jury du prix Goncourt a dévoilé mardi sa première sélection de 15 titres en lice pour le plus prestigieux prix littéraire du monde francophone qui sera décerné le 4 novembre.

Yann Moix, présenté comme un potentiel lauréat du Goncourt avant l’exhumation d’anciens textes et dessins antisémites, n’est pas présent sur la liste qui accueille en revanche la romancière belge à succès Amélie Nothomb.

La sélection du Goncourt compte également deux primo-romanciers : Abel Quentin et Anne Pauly qui vient de recevoir le prix Envoyé par La Poste pour « Avant que j’oublie » (Verdier), un récit tragi-comique plein de tendresse et d’empathie racontant la maladie et la mort de son père.

Trois des auteurs retenus par les académiciens Goncourt (Santiago Amigorena, Nathacha Appanah et Jean-Luc Coatalem) figurent également dans la sélection du Renaudot dévoilée lundi soir.

Voici la liste, par ordre alphabétique d’auteurs, de la première sélection du Goncourt :

– Santiago H. Amigorena, « Le ghetto intérieur » (P.O.L)

– Nathacha Appanah, « Le ciel par-dessus le toit » (Gallimard)

– Dominique Barbéris, « Un dimanche à Ville-d’Avray » (Arléa)

– Jean-Luc Coatalem, « La part du fils » (Stock)

– Louis-Philippe Dalembert, « Mur Méditerranée » (Sabine Wespieser)

– Jean-Paul Dubois, « Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon » (L’Olivier)

– Hélène Gaudy, « Un monde sans rivage » (Actes Sud)

– Léonora Miano, « Rouge impératrice » (Grasset)

– Hubert Mingarelli, « La terre invisible » (Buchet Chastel)

– Amélie Nothomb, « Soif » (Albin Michel)

– Anne Pauly, « Avant que j’oublie » (Verdier)

– Abel Quentin, « Soeur » (L’Observatoire)

– Olivier Rolin, « Extérieur monde » (Gallimard)

– Sébastien Spitzer, « Le coeur battant du monde » (Albin Michel)

– Karine Tuil, « Les choses humaines » (Gallimard)

Le Goncourt des lycéens

Cette première sélection lance aussi le Goncourt des lycéens. Les jeunes jurés choisissent en effet leur lauréat parmi les auteurs retenus par les académiciens Goncourt, à l’exception de Léonora Miano qui a déjà obtenu cette récompense en 2006.

Le lauréat du Goncourt des lycéens sera connu le jeudi 14 novembre.

L’an dernier le prix Goncourt avait été décerné à Nicolas Mathieu pour « Leurs enfants après eux » (Actes Sud) et le Goncourt des lycéens à David Diop pour « Frère d’âme » (Seuil).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Trump et la diplomatie du «deux poids deux mesures»

    Trump, s.v.p., sauvez Hong Kong », clament les protestataires de « la perle de l’Orient ». «Nous sommes derrière vous à 100%», déclare le vice-président américain Mike Pence au leader de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido. Pour ceux qui combattent des régimes autoritaires, la tentation d’accepter de l’aide « d’où qu’elle vienne » est inévitable, mais le pari est risqué, car l’appui d’une puissance controversée, comme aujourd’hui l’Amérique de Donald Trump, peut compromettre ou contredire les valeurs de liberté et de patriotisme dont ils se réclament.

    Dans les pays qui ont été marqués par les ingérences étrangères, il ne faut jamais sous-estimer la force du ressentiment nationaliste, qui offre à leurs dirigeants un moyen de discréditer...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite