Accueil Société

Plus de 600 travailleurs des entreprises wallonnes d’armement ont manifesté à Namur ce mardi

Avant de rencontrer en fin d’après-midi le ministre en charge du dossier -le MR Pierre-Yves Jeholet –, une délégation a été reçue par des représentants d’Ecolo.

Temps de lecture: 2 min

Inquiets pour l’avenir de leur secteur, plus de 600 travailleurs des entreprises d’armement wallonnes, FN et John Cockerill (ex-CMI Défense) en tête, ont manifesté ce mardi après-midi à Namur. Avant de rencontrer en fin d’après-midi le ministre en charge du dossier -le MR Pierre-Yves Jeholet –, une délégation a été reçue par des représentants d’Ecolo. Un entretien positif au cours duquel il est apparu que « si les discussions ne sont pas simples, les portes ne sont pas fermées », a indiqué à l’issue de la rencontre Gianni Angelucci, président de la délégation FGTB à la FN.

« A court terme, Ecolo s’est engagé à faire remonter aux négociateurs wallons les nouveaux éléments que nous avons mis sur la table », en termes de commandes en cours et de délais notamment, a-t-il expliqué. « Nous avions effectivement besoin d’informations, en ce qui concerne le nombre de licences déposées et le timing. Nous tiendrons compte, dans les discussions relatives à la formation du prochain gouvernement, des éléments dont nous disposons désormais », a confirmé la députée Hélène Ryckmans en rappelant toutefois l’importance d’une diversification du marché.

À lire aussi Enquête - Des armes fabriquées en Wallonie tuent au Yémen

« Nous voulons évidemment conserver l’emploi mais il faut aller vers des marchés sûrs et donc diversifier les clients » tout en portant « de manière plus forte la nécessité d’un embargo européen » sur les ventes d’armes à destination de certains pays, a-t-elle précisé. « Ecolo nous a également assuré ne pas vouloir durcir le décret existant mais veut en affiner plusieurs points, dont l’un vise à multiplier les réunions de la commission d’avis afin d’actualiser les positions de la Région », a poursuivi de son côté Gianni Angelucci.

« La Belgique peut être un fer de lance dans le dossier des ventes d’armes mais pas en sacrifiant la Wallonie et ses entreprises. Aujourd’hui, nous avons eu des paroles. Très vite, nous aurons besoin d’actes », a-t-il ajouté.

Belgique : le secteur de l’armement pèse 11.000 emplois

Après avoir rencontré les représentants d’Ecolo, les manifestants se sont dirigés vers le cabinet du ministre wallon en charge du dossier, Pierre-Yves Jeholet (MR). Également contacté, le PS, lui, n’a pas encore donné suite, avait auparavant regretté Thierry Grignard, le président de la FGTB-Métal pour Liège et le Luxembourg.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko