Accueil La Une Culture

La critique: «Deux moi», le conte urbain de Cédric Klapisch

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Faire la pub du réel, voilà le challenge bienveillant du treizième long-métrage de Cédric Klapisch. Deux moi raconte deux tranches de vie parisienne de jeunes trentenaires perdus entre hyperconnexion et solitude de la grande ville. Mélanie (Ana Girardot) multiplie les rendez-vous ratés sur les réseaux sociaux. Rémy (François Civic) peine à faire une rencontre. En toile de fond, les pressions sociales, familiales, professionnelles. Partant de là et emmenant chaque personnage chez le psy (savoureusement incarnés par Camille Cottin et François Berléand), avec un clin d’œil émouvant à Madame Renée, la vieille dame de Chacun cherche son chat, Klapisch élabore un récit initiatique à la fois drôle, tendre et plein de bienveillance. Interprété avec justesse, ce conte urbain est une invitation à renouer avec des relations humaines réelles, (re)trouver la confiance en soi et en la vie, accepter d’être heureux. Car pour que deux moi fassent un nous, il faut que les deux moi soient soi…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs