KBC supprime 1.400 emplois en Belgique: il n’est pas question de licenciements secs

KBC supprime 1.400 emplois en Belgique: il n’est pas question de licenciements secs
Photo News

Le bancassureur KBC a annoncé mercredi, alors que se tenait à partir de 7h45 un conseil d’entreprise extraordinaire, une réduction de ses effectifs en Belgique de 1.400 collaborateurs. Cela concerne des employés du siège social, des fonctions de support ainsi que du réseau d’agences à travers le pays, indique le groupe dans un communiqué transmis à 8h10.

Une partie de ces emplois perdus, soit 300 fonctions, seront désormais assurés depuis la République Tchèque et la Bulgarie (les centres de services partagés de Brno et Varna), où le groupe est également implanté. Une telle évolution était crainte par les syndicats.

Les représentants syndicaux présents au conseil d’entreprise extraordinaire du groupe KBC ont fait part sur place de « sentiments mitigés », partagés, à la suite de l’annonce de la suppression en Belgique de 1.400 emplois, au cours des trois prochaines années. Cet amincissement de l’effectif se fera sans licenciement collectif, étant compensé par les départs naturels, a assuré le bancassureur.

« D’un côté, il n’est pas question de licenciements secs, et c’est positif », indique mercredi matin Dirk De Backere, délégué du personnel pour ACV Puls (CNE, centrale nationale des employés du syndicat chrétien CSC). « D’un autre côté, on ne peut pas nier qu’il y aura un impact important sur le personnel. On parle de 1.400 personnes, 1.800 si l’on compte les contrats externes qui ne seront pas reconduits. Nous sommes inquiets quant à la charge de travail pour ceux qui restent. »

Pas de licenciement collectif ni de départ collectif

La suppression de ces emplois aura lieu au cours des « trois prochaines années » et « sera entièrement compensée par des départs naturels », dont des départs à la retraite. Ces dernières années, les départs naturels dépassaient les 500 ETP (équivalents temps plein) par an, assure le groupe. « Par conséquent, aucun plan de licenciement collectif obligatoire ni plan de départ collectif n’est prévu ou requis », précise-t-il. Parallèlement, des contrats avec 400 sous-traitants externes seront supprimés, principalement dans l’informatique et parmi les intérimaires.

L’annonce est en fait le résultat d’une réflexion entamée en mai dernier, quand le groupe, dont dépend entre autres CBC Banque&Assurance, avait annoncé le lancement d’un « exercice interne » pour envisager une optimisation, une « révision », de sa structure de gouvernance. Le bancassureur avait alors lancé la réflexion au sein de son management, demandant aux directeurs généraux de chaque département de dégager des pistes pour améliorer l’efficacité opérationnelle à leur niveau.

La mise en œuvre du « plan » qui en résulte, à l’échelle du groupe, débute dès ce mois de septembre, prévient KBC. Il se poursuivra jusqu’à la fin de l’année 2022. Il est question de déménager certaines sections, et d’automatisation.

Un plan d’optimisation

« Les organisations doivent être plus agiles afin de pouvoir prendre des décisions et mettre en œuvre les changements plus rapidement », justifie mercredi le CEO de KBC Groupe, Johan Thijs, par voie de communiqué. « Grâce à cet exercice, notre organisation sera plus agile et plus plate, avec moins de niveaux de décision », ce qui devrait finalement bénéficier au client, assure-t-il. « Cet exercice d’optimisation aura des conséquences pour certains de nos collaborateurs », admet le CEO, qui promet cependant que le « redéploiement » du personnel impacté est essentiel, avec éventuellement la recherche de « solutions alternatives » là où ce n’est pas possible. « L’exécution de cet exercice se fera dans le respect, comme nous le faisons toujours », conclut le Limbourgeois, présent au sein de l’entreprise depuis 1988.

Les grandes lignes du plan d’optimisation ont été présentées au personnel mercredi matin, et les détails pour chaque département devraient parvenir aux employés concernés au cours des prochaines semaines. L’impact concret et individuel sur les employés, dans chaque département, doit d’ailleurs encore se préciser dans de nombreux cas, car « actuellement, les personnes concernées ne sont identifiées que dans une mesure limitée, c’est-à-dire là où des redéploiements concrets sont déjà en cours ou ont été élaborés ».

« KBC a l’intention d’apporter les changements nécessaires dans le plein respect de ses employés et par un dialogue ouvert et constructif avec toutes les parties prenantes et les partenaires sociaux », précise encore l’entreprise.

Dans les trois prochaines années, le nombre d’employés du groupe va également baisser, d’au moins 250 par an, en République Tchèque, où un exercice de transformation similaire a été entamé plus tôt dans l’année. Plus de 400 emplois ont déjà été supprimés entre juillet 2018 et fin juin 2019 chez CSOB, la banque tchèque qui appartient au groupe KBC.

Sur le même sujet
EmploiFinancesBelgique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190426-3TL3EV 2019-04-26 15:06:39

    Win, une filiale de Nethys vendue depuis mai à François Fornieri

  2. Rajae Maouane veut porter le combat politique sur les réseaux sociaux.

    Le tandem Nollet-Maouane élu à la tête d’Ecolo: «On sent que les gens ont envie de passer à l’action»

  3. Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.

    PS: Di Rupo et Magnette, passage de témoin sous l’arc-en-ciel

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite