Accueil Monde Proche-Orient

Broyée, la société syrienne tente de survivre

Huit années de guerre ont brisé les Syriens, sauf une minorité proche du régime qui se pavane avec ostentation. Une économie de pillage, des milices hors-la-loi et les pénuries en tout genre sont le lot du plus grand nombre.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 6 min

Dans les parties de la Syrie contrôlées par le régime de Bachar el-Assad, celles qui n’ont jamais échappé à sa férule ou celles qu’il a reconquises avec l’aide militaire de la Russie et de l’Iran ces dernières années, la vie reprend peu à peu ses droits. Une vie misérable, de subsistance élémentaire, pour la grande majorité des gens. La société syrienne sort broyée de huit années de guerre et les esprits, sinon les corps, en porteront durablement les stigmates.

La classe moyenne, naguère majoritaire dans les villes et agglomérations, survit à grand-peine dans une pauvreté que les pénuries en approvisionnements divers et les carences des services publics (eau potable, électricité, gaz) rendent plus amère encore. La corruption à tous les étages aggrave les frustrations, cela alors que les protégés du régime exhibent leur prospérité avec mépris.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Proche et Moyen-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs