Accueil Économie Finances

Lagarde veut une BCE plus à l’écoute

La commission des Affaires économiques du Parlement européen a largement approuvé la nomination de Christine Lagarde à la présidence de la BCE, après une audition sans faute.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Christine Lagarde ne manie pas le langage cryptique des banquiers centraux, dont le moindre mot inhabituel, parfois la moindre intonation, peuvent réorienter les agissements des marchés financiers. Enfin, pas encore. Ce qui lui a permis, sans remettre en cause les fondements de la politique monétaire actuelle de la Banque centrale européenne dirigée encore par Mario Draghi, de faire entendre ses idées personnelles sur les infléchissements qu’elle compte imprimer à l’institution qu’elle dirigera à partir du 1er novembre prochain.

Auditionnée pendant deux heures mercredi matin par la commission des Affaires économiques du Parlement européen, lequel doit donner son avis - non contraignant - sur la nomination de l’actuelle patronne du Fonds monétaire international, l’ex-ministre des Finances de Nicolas Sarkozy a réalisé une prestation assez convaincante.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Finances

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs