Coupe du monde de basket: la Turquie éliminée, le Japon écrasé par les USA

@AFP
@AFP

Tous les principaux favoris se sont qualifiés pour le deuxième tour de la Coupe du monde de basket après la dernière journée de la phase de poules disputée ce jeudi, hormis la Turquie, sèchement battue 76-91 (mi-temps : 35-43) par les Tchèques.

Le groupe J devrait être particulièrement relevé, avec l’Espagne et la Serbie, tous deux invaincus au 1er tour, ainsi que l’Italie et Porto Rico.

Dans les autres groupes, les étonnants Polonais ainsi que les Brésiliens arrivent à trois victoires pour zéro défaite, et auront fort à faire respectivement contre l’Argentine et les Etats-Unis dans les groupes I et K.

Dans le groupe D, deux places pour trois équipes : la lutte sera âpre entre la France, la Lituanie et l’Australie pour l’accession aux quarts.

Si toutefois la République dominicaine qui a éliminé l’Allemagne, une demi-surprise, tout de même, ne vient pas jouer les trouble-fêtes.

Les Américains, passés tout près de l’humiliation face à la Turquie mardi, se sont vengés sur les Japonais, pulvérisés 98-45 (56-23), et qui l’auraient été encore davantage si leurs adversaires n’avaient pas levé le pied après trois quarts-temps (84-31).

Jaylen Brown (Boston Celtics) a été le meilleur marqueur du match avec 20 points. Son futur coéquipier en club, le meneur Kemba Walker, a inscrit 15 points.

L’équipe de Gregg Popovich commencera la deuxième phase contre la Grèce du MVP de la dernière saison NBA, Giannis Antetokounmpo. Un match très attendu depuis le tirage au sort. Les Grecs ont réagi après leur faux-pas face au Brésil, et ont obtenu leur billet pour le 2e tour en battant la Nouvelle-Zélande 103-97 (51-44).

Antetokounmpo a haussé le ton avec 24 points, 10 rebonds et 6 passes décisives. Le shooteur des « Tall Blacks » Corey Webster a marqué 31 points, avec 7 tirs à 3 points.

Les Turcs, eux, n’étaient pas remis de leurs émotions de l’avant-veille contre les États-Unis (ils avaient perdu d’un point à cause de quatre lancers francs manqués de rang à quelques secondes de la fin). Ils ont laissé échapper leur qualification en s’inclinant contre toute attente 91-76 (43-35) face à la République tchèque.

Enfin dans l’une des plus belles affiches du premier tour, les Australiens ont réaffirmé leurs ambitions en battant la Lituanie 87-82 (52-41). Le meneur de San Antonio Patty Mills (23 points) et le futur pivot des Phoenix Suns Aron Baynes (21 points, 13 rebonds) ont fait la différence pour les « Boomers ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Trump et la diplomatie du «deux poids deux mesures»

    Trump, s.v.p., sauvez Hong Kong », clament les protestataires de « la perle de l’Orient ». «Nous sommes derrière vous à 100%», déclare le vice-président américain Mike Pence au leader de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido. Pour ceux qui combattent des régimes autoritaires, la tentation d’accepter de l’aide « d’où qu’elle vienne » est inévitable, mais le pari est risqué, car l’appui d’une puissance controversée, comme aujourd’hui l’Amérique de Donald Trump, peut compromettre ou contredire les valeurs de liberté et de patriotisme dont ils se réclament.

    Dans les pays qui ont été marqués par les ingérences étrangères, il ne faut jamais sous-estimer la force du ressentiment nationaliste, qui offre à leurs dirigeants un moyen de discréditer...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite