Accueil Opinions Éditos

Le «Proxexit» de Dominique Leroy, le départ à éviter

Les administrateurs de Proximus ont désormais le même défi à relever que ceux de bpost.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 2 min

Respect et succès : ce sont les deux mots prononcés jeudi par des collègues, des concurrents et des observateurs louant tant les qualités personnelles, commerciales que stratégiques de celle qui avait été choisie au départ pour faire régner le calme après la tempête Bellens. On l’a oublié, mais cet acquis d’aujourd’hui tenait alors de la gageure.

Lorsque Dominique Leroy prend les rênes de celle qui s’appelait encore Belgacom, on lui demande en effet d’abord de faire retrouver à l’entreprise le chemin des rubriques économiques.

Là où un Didier Bellens brillant, visionnaire mais flamboyant avait usé la patience de tous les « stakeholders », Dominique Leroy avec calme, placidité et discrétion allait enfin redonner la primauté à l’entreprise sur le CEO.

Avec, en prime, des résultats qui suivent dans un monde des télécoms pourtant soumis à une concurrence exacerbée.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Gabriel Jacqueline, vendredi 6 septembre 2019, 15:07

    Morgenthal Jean-Claude: Ces "gens" comme vous dites en ont marre de l'incompétence de nos politiciens qui "eux" n'ont aucune vision d'avenir pour le pays. Pendant qu'ils préparent leur départ pour l'Europe, ils ne se préoccupent pas beaucoup des intérêts du pays. Je pense qu'il serait temps de mieux voter mais nous aurions besoin de quelques leçons de démocratie et de visions plus claires.

  • Posté par Morgenthal Jean-Claude, vendredi 6 septembre 2019, 13:52

    Ces "gens" se font du fric sans la moindre dignité et sans vision d'avenir sauf pour eux même. Ils ne laissent rien que du mépris et un pognon impermanent sans aucun intérêt pour les générations futures. Leur orgueil les empêche de se rendre compte de leur insignifiance au regard de l'humanité.. Pitoyable..

  • Posté par Cojo Sébastien, vendredi 6 septembre 2019, 17:21

    Je suis perplexe, peut-être pourriez-vous m'éclairer : pourquoi mettez-vous le mot "gens" entre guillemets ? Vous ne les considérez pas comme des êtres humains ?

  • Posté par Lequeu Guy, vendredi 6 septembre 2019, 17:19

    Commentaire indécent de qq'un qui n'y connait rien en matière de gestion d'entreprise. Dominique Leroy est parmi le TOP des managers ;appréciée tant des syndicats que du personnel;la responsabilité de ce fiasco se trouve au niveau de nos politiques totalement incompétents.

  • Posté par Leroy christian, vendredi 6 septembre 2019, 8:39

    Qui sont les membres du conseil d'administration? Sont-ils ... totalement indépendant des partis? ???

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs