Les syndicats sur le départ de Dominique Leroy: «Était-ce le moment de prendre une telle décision?»

Les syndicats sur le départ de Dominique Leroy: «Était-ce le moment de prendre une telle décision?»
Belga

Les syndicats de Proximus s’interrogent à la suite de l’annonce du départ de Dominique Leroy de l’opérateur télécom public. La CEO avait lancé un vaste plan de transformation en début d’année et les négociations trainent depuis juin. « Nous sommes préoccupés par notre avenir. Elle a mis ce plan sur la table et quitte maintenant l’entreprise », commente Bart Neyens (ACOD/CGSP).

Dominique Leroy quitte Proximus : la CEO percevra un plus gros salaire chez KPN

Proximus a annoncé jeudi le départ de sa CEO à partir du 1er décembre. Elle prendra alors la tête de l’opérateur néerlandais KPN. Le conseil d’administration espère que Mme Leroy va pouvoir mener à bien les négociations autour du plan de transformation, mais les syndicats estiment que son départ hypothèque précisément la concertation.

« Il y a plus de questions que de réponses actuellement. Était-ce le moment de prendre une telle décision ? Elle a lancé un plan, qu’elle a présenté comme un plan d’avenir, et maintenant elle-même s’en va. On trouve cela étrange », explique Ben Coremans du syndicat ACV/CSC. Ce dernier estime qu’elle ne sera plus complètement impliquée dans les discussions. « Elle a déjà annoncé son départ et aura donc d’autres choses en tête. »

Une décision qui ne surprend toutefois pas

Son vis-à-vis de la CGSP s’attend à ce que le plan soit un peu mis en veilleuse. « Ça serait bizarre qu’elle parvienne à boucler rapidement cette transformation, sans connaître les intentions de son successeur. »

Le départ de Dominique Leroy ne surprend toutefois pas complètement les organisations syndicales. « Son mandat arrivait à échéance et il était clair qu’elle avait reçu des offres. » Le choix de KPN ne les rassure cependant pas. Bart Neyens souligne ainsi que des bruits avaient circulé il y a plus de dix ans autour d’une fusion entre KPN et Proximus. « Elle va donc là-bas avec un sérieux savoir sur Proximus et nous sommes absolument opposés à toute fusion. »

Sur le même sujet
SyndicatsRoyal KPN N.V.
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous