Accueil Monde Afrique

Décès de Robert Mugabe: du héros au vilain

L’ancien président du Zimbabwe Robert Mugabe est décédé ce matin à l’âge de 95 ans à Singapour ou il était hospitalisé depuis cinq mois.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Je suis mort à maintes reprises. J’ai même battu Jésus-Christ parce qu’il n’est mort qu’une fois ». Avec son humour caustique, Robert Mugabe s’était moqué en 2012 des fréquentes rumeurs annonçant son décès par suite d’un cancer. Cette fois-ci, l’ex-homme fort du Zimbabwe, resté au pouvoir pendant 37 ans jusqu’à sa démission en 2017, a bel et bien tiré sa révérence. Il souffrait, selon sa famille, d’une simple cataracte.

Un héros

Robert Mugabe a longtemps été célébré comme un héros. Né dans une famille pauvre, Mugabe a été marqué par la lutte contre le colonialisme. Diplômé de plusieurs universités, grand lecteur, l’ancien instituteur s’est engagé dans la lutte contre le régime raciste de Ian Smith dès 1960. Il a passé dix ans en prison. Chef d’un des mouvements de guérilla contre le régime blanc raciste de Ian Smith, il est devenu chef d’Etat apres l’indépendance du Zimbabwe en 1980. Les politiques sociales et de réconciliation raciale de l’ancien enseignant ont été applaudie à l’époque par les Européens, qui n’ont pas protesté lorsqu’une première vague de répression a fait quelque 30.000 morts dans le sud du pays en 1982.

Cet article est réservé aux abonnés

Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Delpierre Bernard, samedi 7 septembre 2019, 12:58

    @Vynckier, le côté grotesque de ce dictateur m'importe peu, seuls ces méfaits multiples et visibles comme à l'oeil nu couverts, il est vrai, par l'occident lorsqu'il a cessé d'être un suppôt de l'URSS, laissent des traces que son successeur (du même parti) a été incapable depuis d'atténuer.J'ignorais aussi que le massacre de ses concitoyens ( et la généralisation de la pénurie de biens et médicaments pour l'immense majorité d'entre eux) pouvait entrer dans le registre "essais-erreurs"...d'autant qu'avec l'indépendance il y a plus de 50 ans , on allait voir ce qu'on allait voir, et bien c'est tout vu.

  • Posté par Vynckier Albert, vendredi 6 septembre 2019, 18:57

    on reproche aux africains leurs dictateurs presque grotesques mais les européens ne leur laissent pas la liberté de vivre leur histoire et de la construire par essais-erreurs. tout se décide finalement en dehors de l'afrique. pas étonnant que tout me paraît emprunté. peut-être que l'histoire de l'afrique se déploie dans un temps long. les européens ont aussi été ridicules à d'autres périodes de leur histoire. c'est idiot d'avoir une vue eurocentrée de l'Afrique.

  • Posté par Delpierre Bernard, vendredi 6 septembre 2019, 16:25

    Comme beaucoup d'autre pays africains au sortir de la colonisation, le Zimbabwe a fait table rase du modèle économique colonial, injuste sans doute, mais économiquement efficace pour le remplacer par l'idéologie marxiste, d'apparence plus juste car plus égalitaire sur papier mais totalement inefficace;. et puis, les dépenses somptuaires du tyran Mugabe ainsi que sa femme ont laissé des traces à Paris dans les lieux les plus luxueux de la mode et des bijoux au moins autant que son impéritie dans le domaine économique où l'inflation croissait chaque jour de plusieurs dizaines de points.. au détriment du peuple noir qu'il chérissait tant. Et passons sur les milliers de victimes blanches mais surtout noires qui ont eu le tort de penser autrement que ce grand leader...

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs