Uber retire ses vélos Jump de Molenbeek: «Il s’agit avant tout de raisons commerciales», estime Moureaux

Uber retire ses vélos Jump de Molenbeek: «Il s’agit avant tout de raisons commerciales», estime Moureaux
Sylvain Piraux

Uber a décidé de retirer ses vélos électriques Jump en libre-service de quatre communes bruxelloises : Anderlecht, Koekelberg, Laeken et Molenbeek. La société explique ne pas pouvoir « garantir la sécurité » de leur équipe et « la protection » des vélos. Invitée sur BX1, la bourgmestre de Molenbeek estime qu’il s’agit avant tout de « raisons commerciales ».

Agressions, vandalisme, insécurité… : Uber retire ses vélos Jump de quatre communes bruxelloises

Catherine Moureaux tient à clarifier certains points : « Il ne s’agit pas de vélos cassés mais de vélos bidouillés, volés. C’est-à-dire qu’on a chipoté les dispositifs de sécurité pour ne pas payer. »

Selon un communiqué d’Uber, trente vélos Jump ont disparu. Ils ont par ailleurs tous été retrouvés par la police. Les équipes de maintenance sont également la cible d’agressions. Il y a quelques semaines, un membre de l’équipe a été violemment attaqué à Molenbeek alors qu’il réparait un vélo.

« Mal à l’aise »

Un constat qui rend « mal à l’aise » la bourgmestre socialiste qui indique ne pas avoir été consultée : « Le seul moment où Uber fait appel aux autorités locales, c’est quand il a déjà pris la décision de partir. »

«La sécurité de nos clients mise en péril»: les scooters Felyx retirés de plusieurs zones à Bruxelles

« Tout cela ressemble quand même à une forme de capitalisme assez dure, où on choisit ses marchés commerciaux, où on interagit très peu avec l’autorité publique. On délaisse facilement des quartiers, ce qui est l’inverse d’un service public. Je rappelle que Villo ! travaille chez nous avec succès… », pointe Mme Moureaux.

Pour la bourgmestre bruxelloise, le vandalisme n’est clairement pas la raison principale : « Je pense qu’il y a là-derrière une pratique commerciale avant tout. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite