Début du procès d’une policière blanche qui a abattu un voisin noir dans le Texas

Début du procès d’une policière blanche qui a abattu un voisin noir dans le Texas
AFP

Le procès d’une policière blanche de Dallas qui a abattu un voisin noir débute vendredi dans cette ville du sud des Etats-Unis, un an jour pour jour après le drame causé selon elle par une erreur d’appartement.

Un jury impartial

La justice texane doit commencer la sélection des jurés dans cette affaire troublante qui a rencontré un écho dans tout le pays et renouvelé le débat sur les violences policières contre les Noirs. Amber Guyger, 31 ans, a demandé le dépaysement du procès arguant que la couverture médiatique de l’homicide avait dressé la population locale contre elle.

► Les Noirs sont les plus susceptibles d’être tués par la police américaine, selon une étude

La juge en charge du dossier a fait savoir qu’elle accepterait sa demande uniquement s’il s’avérait impossible de sélectionner un jury «juste et impartial» à Dallas. S’il n’y a pas de changement, le procès entrera dans le vif des débats le 23 septembre.

Les faits

Le soir du 6 septembre 2018, la policière, qui venait de terminer son service mais se trouvait encore en uniforme, a tué Botham Shem Jean, un homme de 26 ans originaire de l’île de Sainte-Lucie dans les Caraïbes, qui vivait dans l’appartement au-dessus du sien.

Elle assure être sortie de l’ascenseur au mauvais étage et être entrée sans se rendre compte de son erreur dans l’appartement de son voisin, dont la porte n’était pas fermée à clé. Dans la pénombre, pensant avoir à faire à un intrus, elle a ouvert le feu sur le jeune homme, employé d’un cabinet d’experts comptables.

Elle a alors appelé les secours. «Je pensais que c’était mon appartement», a-t-elle déclaré selon un enregistrement de l’appel qui a fuité dans les médias. Transféré dans un hôpital, le jeune homme a rapidement succombé à ses blessures.

Amber Guyger n’a été placée en détention que trois jours après les faits et relâchée sous caution, après avoir été inculpée d’«homicide involontaire». La famille de la victime avait alors dénoncé un «traitement de faveur» lié à son statut de policière.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  2. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

  3. belgaimage-140898853-full

    Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite