La Ligue belge d’athlétisme sélectionne les trois équipes de 4 x 400 m pour les Mondiaux de Doha

©Belga
©Belga

La commission de sélection de la Ligue belge d’athlétisme (LRBA) a décidé, vendredi soir, dans la foulée du Mémorial Van Damme, de sélectionner officiellement pour les Mondiaux de Doha les trois équipes de relais 4 x 400 m (hommes, femmes, mixte) qui avaient forcé leur qualification lors des Relais mondiaux de Yokohama, début mai.

Une incertitude était née ces derniers jours suite à la rétrogradation, au ranking mondial, de l’équipe féminine et de l’équipe mixte qui avaient toutes les deux quitté le top 12, une condition supplémentaire qu’avait fixée la LRBA dès le départ pour donner son feu vert. Finalement, convenant que le nombre d’occasions de courir un 4 x 400 m était restreint et qu’une qualification pour les Jeux de Tokyo pouvait se jouer à Doha (NDLR : une place en finale sera synonyme de billet pour les JO), la LRBA a validé la sélection des Tornados, des Cheetahs et de l’équipe mixte.

Le nom des relayeurs ne sera divulgué que plus tard, à charge pour Jacques Borlée et Carole Bam, les coachs des deux équipes, d’envoyer leur proposition qui devra ensuite être acceptée par la commission de sélection.

La LRBA a également validé définitivement la sélection des 9 athlètes individuels qui ont réussi les critères. Pour les repêchages éventuels, il faudra attendre la semaine prochaine et les invitations que lancera l’IAAF pour compléter les épreuves qui n’auront pas atteint le quota d’athlètes prévu. La commission de sélection déterminera ce lundi quelle sera la politique qu’elle suivra pour ces repêchages.

Les sélectionnés belges pour les Mondiaux de Doha

Hommes

Ben Broeders (perche), Robin Hendrix (5.000 m), Isaac Kimeli (5.000 m), Thomas Van der Plaetsen (décathlon).

Femmes

Hanne Claes (400 m haies), Paulien Couckuyt (400 m haies), Claire Orcel (hauteur), Nafissatou Thiam (heptathlon, hauteur, longueur), Anne Zagré (100 m haies).

Relais

4 x 400 m hommes (Tornados), 4 x 400 m femmes (Cheetahs), 4 x 400 m mixte.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Deliveroo nous a fait signer une nouvelle convention. Conséquence
: je gagne entre 20 et 30
% de moins qu’avant. On me paie 5,32 euros la course désormais
», affirme un livreur.

    Deliveroo, Uber Eats, Takeaway: les coursiers, toujours en dernière ligne

  2. Grâce à un single, la machine marketing du deuxième opus a été lancée avant même la sortie du film.

    L’effet Reine des Neiges, ou comment Disney règne sur le box-office

  3. Jennifer Williams, conseillère spéciale du vice-président américain Mike Pence, et le lieutenant-colonel Alexander Vindman, membre du Conseil de sécurité nationale
: deux témoignages majeurs devant la commission du Renseignement de la Chambre qui mène l’enquête au pas de course.

    L’«affaire ukrainienne» de Trump racontée par des témoins directs

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Mesdames, Messieurs, la Commission! Enfin…

    On croyait que les affaires courantes étaient une spécialité belge. Mais depuis un mois, on a découvert que l’Europe nous les enviait au point de les adopter. La Commission von der Leyen, qui devait entrer en fonction le premier novembre dernier, est en effet restée dans les paddocks bruxellois faute d’être au complet.

    Mais ces affaires courantes, qui font déjà mauvais genre chez nous, faisaient carrément tache pour une Union européenne déjà accusée de paralysie quand la Commission est de plein...

    Lire la suite