Ouragan Dorian: les évacuations s’accélèrent aux Bahamas face à l’urgence sanitaire (photos et vidéos)

Par la mer ou les airs, les évacuations s’accéléraient samedi sur les îles des Bahamas ravagées par l’ouragan Dorian, où le bilan provisoire de 43 morts est amené à grossir « considérablement », ne cessent de prévenir les autorités pour préparer au pire.

Les bâtiments de l’aéroport de Marsh Harbour ont souffert lorsque Dorian s’est acharné sur l’île d’Abaco, il y a près d’une semaine, avec des vents à plus de 250 km/h.

Plusieurs hangars ont été soufflés par l’ouragan de catégorie 5, la plus haute, mais la piste est toujours praticable et des centaines de personnes attendaient samedi matin de pouvoir embarquer pour Nassau, la capitale de l’archipel.

« Cela fait presque une semaine maintenant, les gens n’ont pas de nourriture, pas d’eau. Des corps traînent encore, ce n’est pas sain de rester ici », confie à l’AFP une mère de famille, Chamika Durosier, venue prendre l’air à l’extérieur du terminal pour échapper à l’odeur pestilentielle des toilettes, dont les chasses ne peuvent être tirées, faute d’eau.

« Certains dorment ici depuis trois ou quatre jours, le nombre de places est limité dans les avions », poursuit-elle, encore ébranlée par le choc laissé par le passage de Dorian, le toit de la maison qui s’est effondré sur elle et sa fille et les coupures endurées en rampant au sol.

70.000 personnes ont besoin d’aide

Selon l’ONU, au moins 70.000 personnes ont besoin d’une « assistance immédiate » aux Bahamas, notamment sur les îles Abaco et Grand Bahama, les plus durement touchées, dont les habitants désemparés tentent également de fuir la désolation par voie maritime.

Un bateau de croisière est arrivé samedi matin près de Palm Beach, en Floride, avec à son bord plus de 1.500 rescapés de Grand Bahama, a annoncé la compagnie Bahamas Paradise Cruise Line.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous