Premier League: Watford, le club de Christian Kabasele, se sépare de son entraîneur Javi Gracia

©News
©News

Watford a décidé de se séparer de son coach Javi Gracia, a annoncé le club de Premier League samedi après-midi. Quelques minutes plus tard, les Hornets ont communiqué le nom de son remplaçant. Il s’agit de l’Espagnol Quique Sanchez Flores qui avait déjà officié à la tête de l’équipe lors de la saison 2015/2016.

Javi Gracia a payé pour ses mauvais résultats en ce début de saison. Après quatre journées de Premier League, Watford est en effet bon dernier avec un seul point au compteur.

L’équipe du Diable rouge Christian Kabasele a notamment concédé trois défaites lors des trois premières rencontres de championnat face à Brighton & Hove Albion (0-3), Everton (1-0) et West Ham United (1-3).

Le partage contre Newcastle n’a pas servi à redresser la situation de Gracia qui avait porté Watford à la 11e place de Premier League et à une finale de FA Cup (défaite 6-0 contre Manchester City) la saison dernière.

Sanchez Flores, 54 ans, a remporté deux trophées majeurs dans sa carrière. A savoir, l’Europa Leeague 2010 et la Supercoupe européenne 2010 avec l’Atletico Madrid. Il a en outre entraîné Getafe, Valence, Benfica et l’Espagnol Barcelone avant sa dernière expérience au Shanghai Shenhua l’an passé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Trump et la diplomatie du «deux poids deux mesures»

    Trump, s.v.p., sauvez Hong Kong », clament les protestataires de « la perle de l’Orient ». «Nous sommes derrière vous à 100%», déclare le vice-président américain Mike Pence au leader de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido. Pour ceux qui combattent des régimes autoritaires, la tentation d’accepter de l’aide « d’où qu’elle vienne » est inévitable, mais le pari est risqué, car l’appui d’une puissance controversée, comme aujourd’hui l’Amérique de Donald Trump, peut compromettre ou contredire les valeurs de liberté et de patriotisme dont ils se réclament.

    Dans les pays qui ont été marqués par les ingérences étrangères, il ne faut jamais sous-estimer la force du ressentiment nationaliste, qui offre à leurs dirigeants un moyen de discréditer...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite