Séance de qualifications surréaliste en F1: des remontrances pour Carlos Sainz, Lance Stroll et Nico Hülkenberg

©AFP
©AFP

La fin «surréaliste» des qualifications pour le Grand Prix d’Italie à Monza samedi a obligé les commissaires de course à réprimander trois pilotes, l’Espagnol Carlos Sainz Jr (McLaren-Renault), le Canadien Lance Stroll (Racing Point) et l’Allemand Nico Hülkenberg (Renault). Ces trois coureurs sont à l’origine du chaos ayant clôturé une séance de qualifications «invraisemblable» sur la piste italienne.

Les pilotes ont sciemment ralenti dans les dernières minutes des qualifications pour espérer profiter au maximum de l’aspiration des autres rendant la circulation très dangereuse sur la rapide piste de Monza. Ce «bazar», comme l’ont qualifié les pilotes, a fait ainsi l’objet d’enquêtes des commissaires de course.

«Tout le monde voulait profiter de l’aspiration, mais personne ne voulait rouler», a commenté Toto Wolff le patron chez Mercedes. «C’était tous des idiots sur une piste. C’est encore plus grave que dans une cour de récré.»

Au moment de s’élancer pour leur deuxième et dernier essai pour la pole dans la troisième et dernière partie des qualifications (Q3), les neuf pilotes encore en lice ont en effet attendu le plus longtemps possible avant de sortir du garage.

Ils ont ensuite effectué leur tour de chauffe au ralenti dans l’espoir de bénéficier chacun de l’aspiration des autres pour gagner quelques précieux dixièmes.

Résultat, seuls l’Espagnol Carlos Sainz Jr (McLaren) et le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari) ont passé la ligne de départ/arrivée en temps voulu pour effectuer ce fameux tour rapide. Les sept autres ont été privés de leur deuxième essai, laissant un goût d’inachevé à ces qualifications.

La direction de course avait déjà prévenu les pilotes de ne pas rouler aussi lentement si cela n’était pas nécessaire. Les réprimandes n’ont pas de conséquence sur les positions sur la grille de départ pour le départ dimanche.

Charles Leclerc s’est offert la pole position devant le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes), leader du Championnat du monde.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Jean-Marc Fortin a été surpris par Fernando Alonso qui approche le rallye-raid comme la F1.

    Par DOMINIQUE DRICOT

    Moteurs

    Jean-Marc Fortin: «Fernando Alonso est un professionnel hors-norme»

  • En se mettant tout seul hors de la route, Thierry Neuville a perdu une occasion en or de se relancer dans la chasse aux lauriers. @News

    Par Thierry Wilmotte et Envoyé spécial à Marmaris, Thierry Wilmotte

    Rallye

    Thierry Neuville n’a plus vraiment son sort entre les mains

  • @News

    Par Thierry Wilmotte

    Rallye

    Les dieux du ciel turcs étaient avec Neuville

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite