US Open: Bianca Andreescu bat Serena Williams en finale et remporte, à 19 ans, son premier titre du Grand Chelem

©AFP
©AFP

La jeunesse de la Canadienne Bianca Andreescu, 19 ans depuis le 16 juin, a eu raison de la volonté de l’Américaine Serena Williams en finale de l’US Open de tennis samedi sur le ciment de Flushing Meadows. Bianca Andreescu s’offre ainsi son premier titre dans un tournoi du Grand Chelem privant du même coup Serena Williams, 38 ans le 26 septembre, d’un 24e trophée majeur qui lui aurait permis d’égaler l’Australienne Margaret Court.

Huitième joueuse du monde, Serena Williams a été battue en finale samedi en deux sets 6-3, 7-5 en 1 heure 40 minutes de jeu face à cette jeune Canadienne, 15e mondiale, qui poursuit son année faste par un troisième titre sur le circuit WTA.

Bianca Andreescu avait déjà mis la pression d’emblée sur l’Américaine en lui prenant le premier jeu de service. Elle lui prendra une seconde fois sa mise en jeu dans le 9e jeu pour s’offrir le premier set (6-3) sur une ... double faute de Serena Williams. On jouait depuis 42 minutes.

Le début du second set ne s’engage pas mieux pour l’Américaine qui doit céder sa mise en jeu une troisième fois dans le match pour se retrouver menée 2-0. La voie était libre pour Bianca Andreescu, impressionnante d’aplomb. Dos au mur, Serena Williams se devait de réagir sans tarder (2-1). L’Américaine, commettant trop de fautes directes, ne pouvait cependant pas se départir de sa frustration et devait laisser filer le jeune promesse d’origine roumaine qui confirmait cette fois son nouveau break (4-1). A 5-1, Andreescu pouvait servir pour le match, mais Serena Williams sauvait une balle de match retardant ensuite l’échéance (5-3). Pour la seconde fois, Andreescu servait pour le match. Elle craquait complètement pour ramener Serena Williams dans la partie (5-4). La confiance avait changé de camp et les pendules étaient remises à l’heure par l’Américaine (5-5).

Le sursaut de la Canadienne était tout aussi impressionnant. Elle ne lâchait plus le morceau pour aller chercher la plus belle victoire de sa prometteuse carrière sur le service de son adversaire (7-5).

Clin d’oeil de l’histoire, Bianca Andreescu était allé consoler sa rivale en finale du tournoi de Toronto lorsque la cadette des soeurs Williams avait du renoncer en finale. Andreescu remportait alors son deuxième titre WTA après Indian Wells. Quelques semaines plus tard, elle remporte la finale de cette quatrième levée du Grand Chelem ayant écarté au passage Kirsten Flipkens au 2e tour et Elise Mertens en quarts de finale brisant le rêve de la numéro 1 belge de rejoindre le dernier carré. La Canadienne n’avait jamais dépassé le 2e tour en Grand Chelem avant son arrivée à New York.

Pour Serena Williams, les compteurs restent figés à 23 titres en Grand Chelem, dont six à l’US Open pour sa 10e finale sur le sol américain, 20 ans après y avoir remporté son premier titre en Grand Chelem. Bianca Andreescu n’était pas née.

Finaliste en 2018, Serena Williams a remporté six fois le titre à l’US Open en 1999, 2002, 2008, 2012, 2013 et 2014, comme sa compatriote Chris Evert.

Depuis son retour de maternité en mars 2017, Serena Williams a joué quatre finales de Grand Chelem, perdues, à Wimbledon et l’US Open l’an dernier, ainsi qu’à Wimbledon encore cette année et samedi à l’US Open.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • De gauche à droite
: Joran Vliegen, Steve Darcis, David Goffin, Kimmer Coppejans et Sander Gille. @DR

    Par Yves Simon

    Coupe Davis - Fed Cup

    La Belgique à Madrid avec «Mister Coupe Davis»

  • TENNIS EUROPEAN OPEN ANTWERP FINAL

    Par Yves Simon

    ATP - WTA

    Andy Murray: des larmes, de Melbourne à Anvers

  • Ilse Van Parys, Dick Norman et Ludo Van Campenhout.

    Par Y.S.

    ATP - WTA

    «Le tennis de haut niveau est de retour à Anvers», se félicite l’organisation

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite