Afghanistan: Trump met fin aux négociations avec les talibans

Afghanistan: Trump met fin aux négociations avec les talibans

Donald Trump a annoncé samedi soir qu’il mettait fin aux «négociations de paix» engagées depuis un an avec les talibans pour contribuer à mettre fin à 18 ans de conflit en Afghanistan.

Le président des Etats-Unis a aussi dévoilé qu’il devait initialement rencontrer dimanche à Camp David, «séparément» et dans le plus grand «secret», le président afghan Ashraf Ghani et «les principaux dirigeants des talibans». «Ils étaient en route pour les Etats-Unis ce soir» mais «j’ai immédiatement annulé la réunion», a-t-il précisé sur Twitter.

«Malheureusement, pour tenter à mauvais escient d’accroître la pression», les talibans «ont reconnu un attentat à Kaboul qui a tué un de nos grands grands soldats, et onze autres personnes», a-t-il souligné pour justifier sa décision spectaculaire de «mettre fin aux négociations de paix».

Cet attentat survenu jeudi était le deuxième en quelques jours dans la capitale afghane revendiqué par les insurgés malgré «l’accord de principe» que le négociateur américain Zalmay Khalilzad affirmait avoir conclu avec eux lors des pourparlers de Doha, et qu’il était allé présenter en début de semaine au président Ghani.

«Qui sont ces gens qui tuent autant de monde pour soi-disant faire monter les enchères? Ils ont échoué, ils n’ont fait qu’aggraver leur position!», a encore lancé Donald Trump sur Twitter.

«S’ils sont incapables d’accepter un cessez-le-feu durant ces discussions de paix très importantes, et sont en revanche capables de tuer douze innocents, alors ils n’ont probablement pas les moyens de négocier un accord significatif. Pendant combien de décennies encore veulent-ils combattre?», a conclu le milliardaire républicain.

Discussions inédites

L’administration Trump avait engagé il y a un an ces négociations directes et inédites avec les talibans qu’ils avaient chassé du pouvoir au début de leur intervention en Afghanistan dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001 perpétrés par Al-Qaïda.

Un accord était sur le point d’être conclu pour permettre un début de retrait progressif des 13.000 à 14.000 soldats américains en Afghanistan, en échange de garanties contreterroristes de la part des talibans, d’une «réduction de la violence» et du lancement de négociations de paix directes avec les autorités de Kaboul, ce à quoi les insurgés s’étaient jusqu’ici toujours refusés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite