Boris Johnson menace de ne pas respecter la loi sur le report du Brexit

Boris Johnson menace de ne pas respecter la loi sur le report du Brexit

Dans une déclaration aux tabloïds Mail on Sunday et Sunday Express, Boris Johnson accuse «un groupe de députés, dirigé par Jeremy Corbyn», le chef du Labour, principal parti d’opposition, de vouloir «bloquer le Brexit» et «forcer ce pays à accepter encore plus de tergiversations et de retards». «Je refuse d’accepter ce report inutile de Corbyn», prévient-il.

Boris Johnson compte donner une «dernière chance» lundi à l’opposition de voter en faveur d’élections anticipées mais si c’est un échec, le gouvernement «continuera simplement».

Jeudi, Boris Johnson avait déjà déclaré qu’il préférait «mourir» plutôt que de demander un nouveau report du Brexit. Le Premier veut que le Royaume-Uni sorte de l’UE le 31 octobre «avec ou sans accord».

Selon le Sunday Times, Boris Johnson est prêt à mener bataille devant la cour suprême pour déterminer s’il peut ignorer cette loi lui imposant un report du Brexit.

Johnson « se pliera (à la loi) ou démissionnera »

Le gouvernement a déjà tenté cette semaine de faire approuver la tenue d’élections anticipées par les députés mais ceux-ci ont rejeté cette option.

La deuxième tentative prévue lundi ne semble pas mieux partie. La co-dirigeante des Verts, Sian Berry a déclaré samedi à la BBC que les partis d’opposition étaient «absolument unis» dans leur refus d’approuver des élections anticipées jusqu’à ce que le risque d’un Brexit sans accord soit éloigné.

L’opposition se renseigne sur les conséquences d’un éventuel passage en force de Boris Johnson. Selon l’avis d’avocats de premier plan destiné au Labour et consulté par le magazine The Observer, Boris Johnson s’exposerait à une série de sanctions. L’un des avocats consultés, Philippe Sands, a expliqué que l’ancien ministre des Affaires étrangères pourrait même se retrouver en prison s’il ne respectait pas la volonté du Parlement. «Il se pliera (à la loi) ou démissionnera», a déclaré Me Sands.

Les députés puis les Lords ont adopté cette semaine une proposition de loi qui le contraint à repousser de trois mois la date du Brexit, prévu le 31 octobre, s’il ne trouve pas un accord de divorce avec l’Union européenne d’ici le 19 octobre, soit juste après le prochain conseil européen. Le texte doit recevoir l’accord de la reine Elizabeth II, dès lundi, pour devenir loi.

La ministre du Travail démissionne

La ministre britannique chargée du Travail et des Retraites, Amber Rudd, a annoncé sa démission samedi soir en désaccord avec la stratégie de Brexit du Premier ministre Boris Johnson. «Le gouvernement consacre beaucoup d’énergie à se préparer à un ‘no deal’ mais je n’ai pas vu le même degré d’intensité dans nos discussions avec l’Union européenne», dénonce-t-elle.

C’est un nouveau coup dur pour le chef du gouvernement, qui n’a plus de majorité au Parlement et dont la stratégie sur le Brexit a été court-circuitée par le Parlement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190426-3TL3EV 2019-04-26 15:06:39

    Win, une filiale de Nethys vendue depuis mai à François Fornieri

  2. Rajae Maouane veut porter le combat politique sur les réseaux sociaux.

    Le tandem Nollet-Maouane élu à la tête d’Ecolo: «On sent que les gens ont envie de passer à l’action»

  3. Elio Di Rupo reste président de parti, le temps d’organiser l’élection présidentielle. Paul Magnette pourra alors prendre le relais.

    PS: Di Rupo et Magnette, passage de témoin sous l’arc-en-ciel

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite