Boris Johnson menace de ne pas respecter la loi sur le report du Brexit

Boris Johnson menace de ne pas respecter la loi sur le report du Brexit

Dans une déclaration aux tabloïds Mail on Sunday et Sunday Express, Boris Johnson accuse «un groupe de députés, dirigé par Jeremy Corbyn», le chef du Labour, principal parti d’opposition, de vouloir «bloquer le Brexit» et «forcer ce pays à accepter encore plus de tergiversations et de retards». «Je refuse d’accepter ce report inutile de Corbyn», prévient-il.

Boris Johnson compte donner une «dernière chance» lundi à l’opposition de voter en faveur d’élections anticipées mais si c’est un échec, le gouvernement «continuera simplement».

Jeudi, Boris Johnson avait déjà déclaré qu’il préférait «mourir» plutôt que de demander un nouveau report du Brexit. Le Premier veut que le Royaume-Uni sorte de l’UE le 31 octobre «avec ou sans accord».

Selon le Sunday Times, Boris Johnson est prêt à mener bataille devant la cour suprême pour déterminer s’il peut ignorer cette loi lui imposant un report du Brexit.

Johnson « se pliera (à la loi) ou démissionnera »

Le gouvernement a déjà tenté cette semaine de faire approuver la tenue d’élections anticipées par les députés mais ceux-ci ont rejeté cette option.

La deuxième tentative prévue lundi ne semble pas mieux partie. La co-dirigeante des Verts, Sian Berry a déclaré samedi à la BBC que les partis d’opposition étaient «absolument unis» dans leur refus d’approuver des élections anticipées jusqu’à ce que le risque d’un Brexit sans accord soit éloigné.

L’opposition se renseigne sur les conséquences d’un éventuel passage en force de Boris Johnson. Selon l’avis d’avocats de premier plan destiné au Labour et consulté par le magazine The Observer, Boris Johnson s’exposerait à une série de sanctions. L’un des avocats consultés, Philippe Sands, a expliqué que l’ancien ministre des Affaires étrangères pourrait même se retrouver en prison s’il ne respectait pas la volonté du Parlement. «Il se pliera (à la loi) ou démissionnera», a déclaré Me Sands.

Les députés puis les Lords ont adopté cette semaine une proposition de loi qui le contraint à repousser de trois mois la date du Brexit, prévu le 31 octobre, s’il ne trouve pas un accord de divorce avec l’Union européenne d’ici le 19 octobre, soit juste après le prochain conseil européen. Le texte doit recevoir l’accord de la reine Elizabeth II, dès lundi, pour devenir loi.

La ministre du Travail démissionne

La ministre britannique chargée du Travail et des Retraites, Amber Rudd, a annoncé sa démission samedi soir en désaccord avec la stratégie de Brexit du Premier ministre Boris Johnson. «Le gouvernement consacre beaucoup d’énergie à se préparer à un ‘no deal’ mais je n’ai pas vu le même degré d’intensité dans nos discussions avec l’Union européenne», dénonce-t-elle.

C’est un nouveau coup dur pour le chef du gouvernement, qui n’a plus de majorité au Parlement et dont la stratégie sur le Brexit a été court-circuitée par le Parlement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. 20200123arno-6

    L’AB, la santé boutique d’Arno

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite