L’Allemand Dirk Dier est le nouveau coach d’Angelique Kerber

photo news
photo news

Kerber a rompu le 17 juillet avec Rainer Schüttler après sa rapide élimination à Wimbledon. Il était en fonction depuis novembre de l’année passée quand il avait succédé» à notre compatriote Wim Fissette. Celui-ci avait accompagné Kerber pendant un an et reporté avec elle Wimbledon en 2018.

Sans coach, l’Allemande 31 ans a été sortie dès le premier tour à l’US Open par la Française Kristina Mladenovic. Auparavant, Kerber, numéro 14 au classement WTA, avait également été battue rapidement aux tournois de Toronto et de Cincinnati.

La gauchère lauréate de trois tournois du Grand Chelem (Australie et US Open 2016 et Wimbledon 2018) retrouve Dirk Dier (47 ans). L’ancien joueur professionnel a travaillé avec Kerber alors qu’il était encore coach-adjoint de l’équipe allemande de Fed Cup.

Son premier tournoi avec son nouveau coach sera celui de Zhengzhou (125K Series), en Chine, cette semaine, où elle a reçu une invitation.

Kerber était devenue N.1 le 12 septembre 2016 et avait conservé sa place pendant 20 semaines. Elle allait encore l’occuper à deux reprises (20/03-23/04 et 15/05-16/07 2017) pour un total de 34 semaines.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour François Desquesnes (CDH), le travail n’est pas fini dans le groupe Nethys. © Belga.

    Wallonie: le CDH veut que Nethys fasse d’urgence le nettoyage des filiales

  2. Pierre-Yves Thienpont (Le Soir).

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  3. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite