Mondiaux Ironman 70.3: le Norvégien Gustav Iden s’impose, le Belge Bart Aernouts sixième

photo news
photo news

Spécialiste de la distance olympique, le Norvégien de 23 ans a tenu la dragée haute au Britannique Alistair Brownlee, 2e, tandis que l’Américain Rodolphe von Berg a complété le podium. Bart Aernouts s’est classé 6e, à 8:38.

Iden, 4e dimanche dernier de la dernière manche de World Triathlon Series à Lausanne, a bouclé les distances de 1,9 km de natation, 90 km de cyclisme et 21,1 km de course à pied, en 3h55:19. Il a accompagné Brownlee et von Berg à vélo sur le retour vers Nice et a attaqué le double champion olympique britannique après 5 km de course à pied. Le 4e du dernier test-event de Tokyo a ensuite accentué son avance au fur et à mesure, devançant au final de 2:43 Brownlee, déjà 2e en 2018 derrière l’Allemand Jan Frodeno. L’Américain von Berg, vainqueur de l’épreuve niçoise en 2018, a animé toute la seconde partie du parcours cycliste. S’il n’a pu suivre les deux premiers sur le semi-marathon, il a néanmoins réussi à assurer sa 3e place sur le podium, à 4:09 du vainqueur.

Parmi les trois professionnels belges engagés, Bart Aernouts est le seul à avoir su tirer son épingle du jeu. Sorti 44e de l’eau, à près de 4 minutes de la tête de course, l’Anversois était déjà 10e après la 2e transition avant d’aborder son semi-marathon, où il a encore repris 4 concurrents pour terminer 6e, à 8:38 d’Iden. Deuxième du triathlon d’Hawaii en 2018 derrière l’Allemand Patrick Lange (23e dimanche à Nice), Aernouts, âgé de 35 ans, a de nouveau fixé cette finale du circuit Ironman, début octobre, sur l’île du Pacifique comme son principal objectif de la saison.

Frederik Van Lierde, qui a lui renoncé à s’aligner à Kona, a connu une journée difficile, terminant 29e, à 22:46, tandis que Pieter Heemeryck, 5e du Mondial 70.3 de 2018, a jeté l’éponge après la première des deux boucles à pied alors qu’il pointait en 24e position.

Samedi, la Suissesse Daniela Ryf, 32 ans, avait conquis un 5e sacre sur ces Mondiaux de 70.3 en 4h23:04, après 2014, 2015, 2017 et 2018. La quadruple championne du monde de la distance complète Ironman (2015, 2016, 2017, 2018) y avait devancé de 3:57 la Britannique Holly Lawrence (4h27:02) et de 5:05 sa compatriote Imogen Simmonds (4h28:10).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite