David Goffin, éliminé en huitièmes de finale à l’US Open, n’est plus qu’à 100 points d’une place au Masters

photo news
photo news

Le Liégeois, 28 ans, qui a atteint les huitièmes de finale comme l’an dernier où il s’est incliné sèchement – 6-2, 6-2, 6-0 contre Roger Federer (ATP 3), pointera désormais au 14e rang, juste devant le Croate Borna Coric (ATP 12), qui a dû déclarer forfait au deuxième tour à Flushing Meadows en raison de douleurs au dos.

David Goffin, a toutes les chances de poursuivre sa progression dans la hiérarchie mondiale ces prochains mois. Le N.1 belge n’a ainsi plus le moindre point à défendre d’ici la fin de l’année après avoir dû mettre un terme à sa saison 2018 à pareille époque en raison d’une blessure au coude. À la « Race to London », le classement de l’année qualificatif pour le Masters, le natif de Rocourt est d’ailleurs 11e avec 2080 points, à 100 points de la huitième place occupée par le Japonais Kei Nishikori (ATP 8).

Le grand gagnant de la quinzaine new-yorkaise se nomme, outre le vainqueur de la finale de ce dimanche soir entre Rafael Nadal (ATP 2) et le Russe Daniil Medvedev (ATP 5), l’Italien Matteo Berretini (ATP 25). Le colosse romain de 23 ans a épaté tout son monde à Flushing Meadows, en se hissant pour la première fois en demi-finale d’une levée du Grand Chelem. Du coup, il fera un bond de 12 places au classement ATP et de 8 à la Race to London, où il pointera désormais au 9e rang à l’ATP, à 20 petits points de Kei Nishikori.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite