Accueil Belgique Politique

Prévot veut une refondation du CDH: «Ni populisme, ni simplisme, ni autoritarisme»

Le président des humanistes l’a annoncé à l’occasion d’une Journée des familles.

Temps de lecture: 2 min

Le président du cdH, Maxime Prévot, a lancé dimanche, à l’occasion d’une Journée des familles organisée à Enghien, le processus de refondation de son parti qui doit amener les démocrates-humanistes à se recentrer sur ce qui fait l’essentiel de la vie des citoyens. «Dans ce quotidien, nous ressentons tous cette envie, de plus en plus forte, de se recentrer sur ce qu’il y a finalement de plus essentiel. Nous en avons tous besoin, notre parti aussi. Et c’est d’ailleurs ce que nous faisons ensemble, dès maintenant, en lançant la refondation de notre mouvement politique: un recentrage sur l’essentiel», a-t-il déclaré devant les militants.

Trois thèmes seront plus particulièrement explorés: le temps mis en lien avec la mobilité, la cohésion sociale et la «volonté de mettre chaque être humain en position de prendre sa vie en main», un domaine qui inclut l’éducation, la formation et la culture.

Le cdH veut sortir de la «logique de conflit» et de compétition, moteur d’un «individualisme qui mine les relations humaines et détruit notre planète». «Ni populisme, ni simplisme, ni autoritarisme», a lancé M. Prévot. «Stop au bloc contre bloc, communauté contre communauté, stop au système binaire dont les extrémistes de gauche et de droite raffolent pour nourrir leur idéologie et non le bien-être de la société». Ce qui compte, ce n’est pas tant de réussir dans la vie que de «réussir sa vie», a-t-il ajouté, insistant sur la qualité de celle-ci et la possibilité du «vivre ensemble, que l’on soit chrétien, athée, musulman, bouddhiste ou laïc».

Une refondation

Laurent de Briey, professeur à l’Université de Namur et l’une des têtes pensantes du cdH, pilotera le processus de refondation qui sera enclenché à l’attention du grand public en janvier prochain et impliquera la société civile. Plusieurs délégués nationaux seront également désignés pour, tel un «shadow cabinet», surveiller l’action des gouvernements (le cdH a choisi de siéger dans l’opposition dans les différents parlements), appuyer les députés et «incarner» les propositions du parti dans les débats publics.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, dimanche 8 septembre 2019, 22:50

    Ni cléricalisme, ni jésuitisme, ni catholicisme, ni truisme, ni francophonissime.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, dimanche 8 septembre 2019, 19:36

    Informer les lecteurs des déclarations d'intention de M. Prévot, OK. Mais quel est l'intérêt d'enfiler les articles redondants à ce sujet ?

  • Posté par Echement Marie-anne, dimanche 8 septembre 2019, 18:30

    Prévôt et ses grandes formules ,sa remontada ah oui comme le disait di Rupo ,vraiment toujours copain Son intervention sur rtl démontre bien son nombrilisme. Comment se défaire d’une image scotchée à un parti de coquins pour être poli ! Après trente ans de pouvoir,le ps a eu la peau de ce cdh qui a enterré la Wallonie. Quel culot!

  • Posté par Soy Zen, dimanche 8 septembre 2019, 16:38

    Cela fait des mois que chaque semaine un article est publié pour redire ce qui a déjà annoncé des mois plus tôt. Le CDH veut se refonder, très bien, je pense que c'est une bonne idée, qu'il le fasse maintenant.

  • Posté par Deckers Björn, dimanche 8 septembre 2019, 15:54

    Ni, Ni, Ni. On sait ce que le Cdh ne veut pas être. Ca ne dit rien de ce qu'il veut être. Entre les lignes, on croirait lire un rapprochement possible avec Ecolo. Privilégier non pas le toujours plus mais le toujours mieux. Mais alors pourquoi ne pas envisager de rejoindre Ecolo. Cela vient de ceux qui pensent (pas complètement à tort) qu'Ecolo est un parti assis entre deux chaises, tantôt à la gauche du PS, tantôt tenté par revenir à l'essentiel, l'écologie exige qu'on rassemble tous ceux qui pensent que la question environnementale est "centrale". Pour un peu, je pense qu'on pourrait assister à un rapprochement utile, les valeurs progressistes des chrétiens et celles d'Ecolo sont plutôt proches, notamment la question du sens authentique de l'existence éloignée de la course au matérialisme et dans l'époque dans laquelle nous vivons, ce n'est pas rien. Par ailleurs, rien n'empêche plus aujourd'hui des chrétiens progressistes et des agnostiques respectueux de cohabiter dans un même mouvement politique, à fortiori s'ils partagent un combat central. Du reste, nombre de chrétiens progressistes ont déjà quitté le Cdh pour Ecolo. Les rapprochements opérés dans le mouvement E-Change pourrait trouver là un débouché utile. Je ne crois pas pour ma part à un avenir du Cdh seul. Ce parti n'avait que le christianisme comme identité et qu'il s'agisse de se raidir sur des positions conservatrices (en total contradictions avec l'évolution de la société) ou de s'en éloigner dans l'espoir vain de rassembler sans identité politique affirmée, l'avenir du Cdh seul est sombre. Bien entendu, d'autres peuvent être tenté de constituer une aile conservatrice du MR, un mouvement qui s'est déjà opéré depuis l'époque du MCC puis du départ de Fournaux. Ces mouvements ont déjà transformé le MR on l'a vu notamment sur la question de la "fausse" dépénalisation de l'avortement en 2018. Il appartient peut-être déjà non plus à l'appareil Cdh (probablement au seuil de sa disparition) mais aux individus composant le Cdh de choisir l'avenir. Le Cdh en tant que tel est déjà condamné.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une