Formule 1: Charles Leclerc (Ferrari) remporte le Grand Prix d’Italie au bout du suspense

reuters
reuters

Le Monégasque Charles Leclerc a signé sa seconde victoire en F1, une semaine après la première glanée en Belgique, et ravi les tifosi en offrant à Ferrari un succès au Grand Prix d’Italie qui se faisait attendre depuis 2010.

Les Mercedes du Finlandais Valtteri Bottas et du Britannique Lewis Hamilton l’accompagnent sur le podium, après l’avoir maintenu sous pression toute la course.

Leclerc, qui s’est élancé en pole position, a d’abord dû contenir les assauts d’Hamilton, avec qui il partageait la première ligne, puis ceux de Bottas, après que le quintuple champion du monde a commis une petite erreur permettant à son équipier de le dépasser.

Le dernier à avoir offert une victoire à domicile à la Scuderia était l’Espagnol Fernando Alonso il y a neuf ans.

Parti en tête-à-queue au 6e tour et pénalisé d’un «stop and go» de 10 secondes pour avoir harponné le Canadien Lance Stroll (Racing Point) en reprenant la piste, l’Allemand Sebastian Vettel (Ferrari) n’est que 13e alors qu’il était parti 4e.

Les Renault de l’Australien Daniel Ricciardo et de l’Allemand Nico Hülkenberg, 5e et 6e des qualifications, se classent 4e et 5e. Pour le constructeur français, c’est le meilleur résultat depuis son retour en F1 en 2016.

Le Thaïlandais Alexander Albon (Red Bull), le Mexicain Sergio Pérez (Racing Point), le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull), l’Italien Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo Racing) et le Britannique Lando Norris (McLaren) complètent le top 10.

Le point du meilleur tour revient à Hamilton, qui reste confortablement leader du classement des pilotes avec 63 points d’avance sur Bottas.

Les Français Pierre Gasly (Toro Rosso) et Romain Grosjean (Haas), parti en tête-à-queue au 8e tour, sont respectivement 11e et 16e.

L’Espagnol Carlos Sainz Jr (McLaren/roue mal fixée), le Russe Daniil Kvyat (Toro Rosso/problème de moteur) et le Danois Kevin Magnussen (Haas/problème mécanique) ont abandonné.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Week-end difficile pour Thierry Neuville, en Suède. @News

    Par DOMINIQUE DRICOT

    Rallye

    WRC: Thierry Neuville a du souci à se faire

  • Pas avantagé par sa position.

    Par Dominique Dricot

    Rallye

    Rallye de Suède: Thierry Neuville tente de limiter les dégâts

  • Photonews

    Par Thierry Wilmotte

    Formule 1

    Formule 1: Stoffel Vandoorne invité par Mercedes à soutenir Hamilton et Bottas

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. Kim en balade, samedi matin, sur la plage du célèbre Burj Al Arab, l’hôtel aux... 7 étoiles. @News

    Tous les regards sur Kim Clijsters à Dubaï

  3. Tristan Moreau et Nathalie Van Tongelen, au coeur du nouveau spectacle, «
Studio 100 part en live
». © Mathieu Golinvaux

    Studio 100 sort de l’écran pour un nouveau show musical

La chronique
  • Lettre ouverte au Roi: le temps est venu d’être créatif

    Saisissant la perche tendue récemment par David Van Reybrouck, je prends la plume. Le Roi et moi, nous avons un intérêt commun dans le dénouement de la crise politique actuelle. Que serait un Roi sans son royaume ? Que serait une constitutionnaliste sans sa Constitution ? En cas d’éclatement du pays, que deviendront le Roi, sa famille, ses palais et ses yachts ? En tant que constitutionnaliste, que ferai-je de ce know-how constitutionnel local inédit sur BHV, les matières personnalisables et l’autonomie constitutive ? Pas de doute : les constitutionnalistes belges et la famille royale feront le désespoir des bureaux de placement professionnel. De manière à la fois intéressée et désintéressée, je glisse donc au Roi quelques petites recettes.

    Ceci n’est pas une pipe...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: un conseil d’ami, n’essayez plus N-VA et PS

    Mais franchement, qui est surpris ? Koen Geens était bien culotté ce vendredi soir de rejeter la responsabilité de l’échec de sa mission sur Paul Magnette et le PS. Il fallait être Hibernatus ou moine ces derniers mois pour ne pas avoir compris que le PS ne monterait pas dans un gouvernement avec la N-VA. Certains observateurs s’en gaussaient vendredi matin : il n’y avait dans l’interview de Paul Magnette au Soir qu’une confirmation du « jamais avec la N-VA » tant de fois prononcé....

    Lire la suite