Une mission de «préformation» en vue pour Didier Reynders et Johan Vande Lanotte

Johan Vande Lanotte et Didier Reynders
Johan Vande Lanotte et Didier Reynders - Photo News

Il y a de la houle mais ils s’accrochent. Ce lundi, les deux informateurs, Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (SP.A) se rendront au Palais pour rendre compte, pour la huitième fois, de leur mission de préformation. A diverses sources dimanche soir, le scénario le plus probable était celui d’une nouvelle reconduction de leur mandat.

Une issue serait donc en vue pour la formation d’un gouvernement fédéral ? Pas si vite. La prolongation est d’abord liée à des questions d’agenda. Il serait en effet plus que délicat de « débarquer » les deux hommes alors que des négociations arrivent dans une phase sensible pour la formation des gouvernements wallon, de la Fédération Wallonie-Bruxelles et du gouvernement flamand.

Pas le moment de risquer un grand chambardement, qui pourrait s’accompagner de déclarations politiques de nature à perturber ces discussions sensibles. D’où la reconduction. Mais pour quoi faire ? Pour rapprocher les points de vue entre la N-VA et le PS... Lors du débat de dimanche sur RTL-TVI, il est apparu que le PS acceptait les invitations, mais de là à négocier ensemble, il y a manifestement encore de la marge. « On n’achètera pas le PS avec une réforme de l’Etat qui donnera plus d’argent à la Wallonie en 2024 », dit Jean-Claude Marcourt. Mais pas de veto sur la discussion. Et c’est par cette absence de veto que la reconduction devrait être justifiée...

Et pour montrer qu’on avance (à petits pas, se permettra-t-on d’ajouter), la mission des deux informateurs pourrait être précisée, et se situer entre une mission d’information et de formation. Le doux terme de « préformation » a été utilisé dans le passé, on saura ce lundi s’il redevient en cour, ou si le lexique politique belge s’enrichira encore d’un vocable dont le palais a le secret.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite