Accueil Société Enseignement

Enseignement: déjà une pénurie de professeurs

Le manque de profs s’amplifie au fil de l’année scolaire mais se fait déjà ressentir dès la rentrée. En une semaine, la chambre de la pénurie de la Fédération Wallonie-Bruxelles a reçu 300 demandes de dérogation de la part de directions, afin de pouvoir engager des professeurs au titre non listé.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

En général, les absences et la pénurie s’intensifient au fil de l’année scolaire. Mais nous sommes déjà face à un manque de candidatures pour certains postes », annonce Jacques Lefebvre, directeur général des personnels de l’enseignement organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles (WBE). « Au sein du réseau WBE, l’appel à candidatures a été lancé en janvier : avec environ 16.000 candidatures, nous avons pu satisfaire la plupart des demandes de recrutement. Mais pour certaines fonctions, comme professeur de langues ou de math, je n’ai plus de candidats disponibles en réserve. La pénurie est déjà bien présente. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par Jaspers Marie, mardi 10 septembre 2019, 9:28

    Le drame : en cas de pénurie, le ministère est disposé a attribué les cours à "un chien avec un chapeau" pour faire de l'occupationnel! Scandaleux!!!

  • Posté par Jaspers Marie, mardi 10 septembre 2019, 9:16

    Un témoignage qui fait froid dans le dos quand on sait quelle formation mathématique ont comme cours de maths, quand on sait que cette personne dois donner des maths formelle dans le DS alors qu'elle les détestées dans ses études et n'en a plus fait dans sesmaths pratiques de bio-ingénieur! Comment peut-on mettre en place qui vont contribuer à la destruction de la descente aux enfers des maths formelles fondamentales pour une formation de base que devraient recevoir les futurs ingénieurs, licenciés en maths, physique? Cela constituera un frein aux vocations pour les études supérieurs de maths de haut niveau! D'où une fois de plus nivellement par le bas par le choix, irréfléchi, des enseignants! TRES TRES GRAVE POUR LA SOCIETE DE FWB.ELLE IRA CHERCHER SES ING2NIEURS DANS LES PAYS ASIATIQUES!!!

  • Posté par Jaspers Marie, mardi 10 septembre 2019, 9:25

    C'est le témoignage d'un Bio-ingénieur qui était nul en maths formelles dans le secondaire, qui a aimé les maths pratiques de bio-ingénieur et qui va donner le cours de maths dans le DS du général en le faisant par exemples concrets! Les étudiants qu'ils aura n'auront pas l'opportunité de faire les maths formelle indispensables pour des filières universitaires qui les sous-entendent acquises : ingénieurs CIVILS, licenciés en maths, en physique, en informatique!!!TRES GRAVE, d'autant que la personne ne s'en rend même pas compte! VIVE LE REGNE DE LA MEDIOCRATIE, "LA MEDIOCRATIE, Michel Deneault, philosophe!

  • Posté par Jaspers Marie, mardi 10 septembre 2019, 2:28

    L'attribution de fonction d'enseignant à des personnes qui n'ont pas les titres requis va être un facteur supplémentaire de nivellement par le bas de notre enseignement parce que cette fois ce seront les enseignants eux-mêmes qui l'imposeront! Laurent Henquet, député, a signalé qu'avec le Pacte, les élèves de FWB seraient au niveau des pays sous-développés. Avec la pénurie dans les cours de base que sont les maths et les langues modernes, ils seront SOUS leur niveau! La situation dans l'enseignement est apocalyptique! Dans peu de temps, notre communauté ne pourra plus diplômer ni médecins ni ingénieurs ni licenciés en maths, en physique car ces études sont trop dures pour des enfants formés par un enseignement obligatoire sans exigences, sans cours de bons niveaux! C'est déjà la raison pour laquelle, actuellement, ces formations sont en pénurie!

  • Posté par Jaspers Marie, mardi 10 septembre 2019, 1:08

    EXTRAIT : Une formation élargie en réponse à la pénurie.Nous avons aussi eu une technicienne de surface, qui avait toujours rêvé d’enseigner. D’autres ont un parcours professionnel plus chaotique. Mais quasiment tous mettent en avant l’aspect motivationnel, presque vocationnel, du métier d’enseignant pour eux. » Outre la passion du métier, ses débouchés sont un autre facteur d’intérêt : « Ces adultes sont parfois aussi à la recherche d’une certaine stabilité financière et sont bien conscients qu’avec la pénurie, ils vont trouver facilement du boulot. Tous nos diplômés adultes ont d’ailleurs été engagés dans une école » assure Valérie Moinet. Concernant ces formations d'adultes en reconversion professionnelle beaucoup de questions se posent : 1) Comment se fait-il qu'une passion pour l'enseignement se déclare après avoir raté autre chose, perdu un emploi, ne pas avoir d'emploi ? 2) L'enseignement demande une maîtrise des matières et une aptitude à enseigner qui ne s'acquiert pas avec des trucs et des ficelles de pédagogues! Je vois mal comment des gens dont la préoccupation première est soit de chercher une stabilité d'emploi, soit d'avoir l'assurance de trouver un boulot fraient des enseignants efficaces car leur préoccupation première n'est pas l'école! Si j'étais parent, je ferais une étude sur la formation des enseignants avant d'inscrire mon enfant dans une école! Je ne voudrais pas qu'il soit bloqué à vie!!!

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs