Bientôt un gouvernement wallon? PS, MR et Ecolo ont travaillé toute la nuit

Elio Di Rupo
Elio Di Rupo - Photo News

Les négociateurs du PS, du MR et d’Ecolo ont travaillé « au finish » dans la nuit de dimanche à lundi afin d’aboutir à des accords de majorité en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles. Selon Stéphane Hazée (Ecolo), cité en matinée par la RTBF, les représentants des trois partis ont bien travaillé, jusqu’à cinq heures du matin. Ce qui ne signifie pas que tout est complètement réglé.

Après quelques heures de repos, tout le monde devrait se revoir en milieu de journée pour une dernière relecture des textes qui peut toujours buter sur des détails ou des incompréhensions. Mais les derniers noeuds qui posaient encore problème en début de week-end entre les trois partenaires auraient donc trouvé des solutions. Dimanche sur le plateau de RTL-TVI, Charles Michel (MR) avait évoqué la politique aéroportuaire et les ventes d’armes.

Si tout continue à se dérouler comme prévu, ces accords à trois pour les deux entités fédérées devraient donner le feu vert à la constitution des majorités et des gouvernements. Le processus se déroulera en plusieurs temps. Les textes devront d’abord être approuvés par les instances des trois partis. On suivra de près les débats internes chez Ecolo : les verts n’avaient pas été unanimes lorsqu’il avait fallu engager les discussions avec le MR, après l’échec du « coquelicot ».

Après approbation par les instances, PS, MR et Ecolo devraient encore se répartir les compétences au sein des deux exécutifs. Puis les présidents de partis devront encore désigner les titulaires des deux portefeuilles. Avec une question lancinante : Elio Di Rupo, le président du PS, s’engagera-t-il pour un nouveau bail à l’Elysette, comme ministre-président de la Wallonie ?

Le temps presse

Dernière étape : le parcours parlementaire jusqu’au vote de confiance pour les nouveaux exécutifs. Entre la réunion des bureaux des parlements et la fin des débats, un délai de 48 heures semble nécessaire pour traiter sereinement des déclarations politiques nées des négociations. Autant dire que le temps presse si les nouveaux partenaires comptent toujours être fin prêts pour les Fêtes de Wallonie qui se déroulent le week-end prochain à Namur.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  2. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

  3. belgaimage-140898853-full

    Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite