Coalition fédérale: la mission des informateurs est à nouveau prolongée (direct)

Didier Reynders, le roi Philippe et Johan Vande Lanotte
Didier Reynders, le roi Philippe et Johan Vande Lanotte - Photo News

Les informateurs royaux Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (SP.A) sont arrivés lundi à 15h au Palais de Bruxelles pour faire un nouveau rapport au Roi sur l’état de leur mission. « Le Roi les a chargés de dégager des points de convergence en vue d’entamer prochainement la formation du gouvernement fédéral ».

>> Une mission de «préformation» en vue pour Didier Reynders et Johan Vande Lanotte

Le 30 mai, peu après les élections, le Roi a chargé ces deux hommes politiques expérimentés d’une «mission d’information visant à identifier les défis à relever par notre pays, et les possibilités ainsi que les conditions nécessaires en vue de former un gouvernement fédéral». Leur mandat a plusieurs fois été prolongé et pourrait encore l’être lundi, le temps que les négociations en Flandre, en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles soient finies. Du côté francophone, ce devrait être le cas dans l’après-midi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. En 2020, la liste des travaux en attente flirte avec les 113
millions d’euros alors qu’il y a moins de 20
millions à distribuer.

    Ecoles: quatre classes sur dix risquent la fermeture dans les 5 à 10 ans

  3. © Photo News.

    Au Parlement, la coalition Vivaldi se démarque pour voter les lois

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite