Coalition fédérale: les informateurs poursuivent leur mission avec 6 partis, sans les écologistes

Johan Vande Lanotte et Didier Reynders
Johan Vande Lanotte et Didier Reynders - Belga

Les informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte feront un « rapport final » au plus tard début octobre en vue de la formation prochaine du gouvernement fédéral. Le roi Philippe les a chargés lundi de « dégager des points de convergence » permettant d’entamer cette formation.

Les informateurs ont fait rapport au Roi pour la sixième fois depuis leur désignation le 30 mai.

Les négociations fédérales se poursuivent à six partis : PS, N-VA, MR, VLD, SP.A, CD&V, ont précisé les deux informateurs lors d’une conférence de presse. Didier Reynders et Johan Vande Lanotte tentent toujours en priorité de réunir le PS et la N-VA. « Les deux grands partis des deux grandes communautés », a expliquéDidier Reynders.

« La phase d’information classique est terminée », a indiqué Didier Reynders. « Nous espérons pouvoir venir, au bout de cette mission d’information, avec une proposition de formation ».

Ecolo a refusé le 28 juillet d’entamer des discussions auxquelles la N-VA participerait. Groen, a, quant lui, lié son destin au niveau fédéral à celui des verts francophones.

« On a invité plusieurs fois huit formations autour de la table, sept sont venues et Groen ne souhaite pas participer sans Ecolo. Nous allons donc travailler avec 6 formations. Cela me paraît assez logique », a ajouté M. Reynders.

« Pas notre choix », réagit Groen

« Ce n’est pas notre choix. Il existe d’autres possibilités », a réagi Groen lundi après que les informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte ont annoncé une nouvelle phase dans leur mission d’information laissant hors du jeu les écologistes flamands.

À deux reprises, les informateurs ont réuni ces dernières semaines les différents partis politiques susceptibles de participer à des négociations en vue de la formation d’un gouvernement fédéral. Ne désirant pas discuter avec la N-VA, Ecolo n’avait pas participé à ces réunions, au contraire de Groen. Les écologistes flamands ont toutefois fait savoir qu’ils ne monteraient pas dans un gouvernement sans leur parti frère au sud du pays. Les informateurs ont dès lors décidé de poursuivre leur mission avec six partis : la N-VA, le PS, le MR, le CD&V, le SP.A et l’Open VLD.

« Il existe une autre possibilité »

« Nous avons toujours adopté une attitude constructive dans les négociations et appelé à aller de l’avant », a rappelé la présidente des écologistes flamands Meyrem Almaci. « Il existe deux pistes importantes sur la table avec comme épine dorsale la bourguignonne ou l’arc-en-ciel. Les verts constituent le deuxième groupe le plus important du parlement fédéral. Les partis de la coalition suédoise ont subi une défaite et il ne peut être question de poursuivre la politique de la Suédoise. Les électeurs demandent une autre politique et notre pays a surtout besoin d’un autre cap avec plus d’investissements, une politique sociale et climatique ambitieuse, un autre cap budgétaire », a-t-elle lancé.

Invalid Scald ID.

Pour le chef de groupe à la Chambre Kristof Calvo, il est « surprenant que les informateurs veuillent d’abord continuer à explorer la piste bourguignonne ». Cela fait un certain temps qu’elle est dans l’air, regrette-t-il. « Il est dommage que cela ait duré si longtemps. Mais soyons clairs : ce n’est pas notre choix. Il existe également une autre possibilité », poursuit-il, rappelant « la disponibilité de la famille écologiste à conclure un accord de gouvernement progressiste ».

Nos informations en direct

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS325FA

    Le coronavirus en 15 questions

  2. Ce lundi, le Roi a reçu Maxime Prévot (CDH), Meyrem Almaci (Groen) puis Bart De Wever (N-VA). © Belga.

    Négociations fédérales: l’option des gouvernements «Canada dry»

  3. Ne pas consulter le médecin ou le dentiste peut conduire à un surcoût, pour le patient comme pour le système de soins de santé.

    Un Belge sur 20 ne va pas chez le médecin et se met en danger

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: la Belgique en plein «catch 22»

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite