Groen évincé de la nouvelle phase d’information au fédéral: «Pas notre choix», répliquent les verts

«  Ce n’est pas notre choix. Il existe d’autres possibilités », a réagi Groen lundi après que les informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte ont annoncé une nouvelle phase dans leur mission d’information laissant hors du jeu les écologistes flamands.

À deux reprises, les informateurs ont réuni ces dernières semaines les différents partis politiques susceptibles de participer à des négociations en vue de la formation d’un gouvernement fédéral. Ne désirant pas discuter avec la N-VA, Ecolo n’avait pas participé à ces réunions, au contraire de Groen. Les écologistes flamands ont toutefois fait savoir qu’ils ne monteraient pas dans un gouvernement sans leur parti frère au sud du pays. Les informateurs ont dès lors décidé de poursuivre leur mission avec six partis : la N-VA, le PS, le MR, le CD&V, le SP.A et l’Open VLD.

« Il existe une autre possibilité »

« Nous avons toujours adopté une attitude constructive dans les négociations et appelé à aller de l’avant », a rappelé lundi la présidente des écologistes flamands Meyrem Almaci. « Il existe deux pistes importantes sur la table avec comme épine dorsale la bourguignonne ou l’arc-en-ciel. Les verts constituent le deuxième groupe le plus important du parlement fédéral. Les partis de la coalition suédoise ont subi une défaite et il ne peut être question de poursuivre la politique de la Suédoise. Les électeurs demandent une autre politique et notre pays a surtout besoin d’un autre cap avec plus d’investissements, une politique sociale et climatique ambitieuse, un autre cap budgétaire », a-t-elle lancé.

Pour le chef de groupe à la Chambre Kristof Calvo, il est « surprenant que les informateurs veuillent d’abord continuer à explorer la piste bourguignonne ». Cela fait un certain temps qu’elle est dans l’air, regrette-t-il. « Il est dommage que cela ait duré si longtemps. Mais soyons clairs : ce n’est pas notre choix. Il existe également une autre possibilité », poursuit-il, rappelant « la disponibilité de la famille écologiste à conclure un accord de gouvernement progressiste ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  2. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

  3. belgaimage-140898853-full

    Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite