Groen évincé de la nouvelle phase d’information au fédéral: «Pas notre choix», répliquent les verts

«  Ce n’est pas notre choix. Il existe d’autres possibilités », a réagi Groen lundi après que les informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte ont annoncé une nouvelle phase dans leur mission d’information laissant hors du jeu les écologistes flamands.

À deux reprises, les informateurs ont réuni ces dernières semaines les différents partis politiques susceptibles de participer à des négociations en vue de la formation d’un gouvernement fédéral. Ne désirant pas discuter avec la N-VA, Ecolo n’avait pas participé à ces réunions, au contraire de Groen. Les écologistes flamands ont toutefois fait savoir qu’ils ne monteraient pas dans un gouvernement sans leur parti frère au sud du pays. Les informateurs ont dès lors décidé de poursuivre leur mission avec six partis : la N-VA, le PS, le MR, le CD&V, le SP.A et l’Open VLD.

« Il existe une autre possibilité »

« Nous avons toujours adopté une attitude constructive dans les négociations et appelé à aller de l’avant », a rappelé lundi la présidente des écologistes flamands Meyrem Almaci. « Il existe deux pistes importantes sur la table avec comme épine dorsale la bourguignonne ou l’arc-en-ciel. Les verts constituent le deuxième groupe le plus important du parlement fédéral. Les partis de la coalition suédoise ont subi une défaite et il ne peut être question de poursuivre la politique de la Suédoise. Les électeurs demandent une autre politique et notre pays a surtout besoin d’un autre cap avec plus d’investissements, une politique sociale et climatique ambitieuse, un autre cap budgétaire », a-t-elle lancé.

Pour le chef de groupe à la Chambre Kristof Calvo, il est « surprenant que les informateurs veuillent d’abord continuer à explorer la piste bourguignonne ». Cela fait un certain temps qu’elle est dans l’air, regrette-t-il. « Il est dommage que cela ait duré si longtemps. Mais soyons clairs : ce n’est pas notre choix. Il existe également une autre possibilité », poursuit-il, rappelant « la disponibilité de la famille écologiste à conclure un accord de gouvernement progressiste ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • Les «informachins», Georges-Louis Bouchez et le prince Harry: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Ekaterini Sakellaropoulou

    Saluons ici comme il se doit la désignation par les députés du cru de la présidente de la Grèce. Une première dans un pays aux traditions très machistes, ont noté les observateurs de nombreux pays, dans le genre donneurs de leçons. On attend toujours la première présidente française ou américaine et chez nous, parlons-en : Sophie Wilmès se trouve bien dépourvue avec les affaires courantes.

    Christie Morreale

    Comme Ekaterini Sakellaropoulou, la socialiste wallonne fait avancer la cause des femmes. Voilà qu’on apprend en effet qu’elle a refusé une médaille de chevalier de l’Ordre de Léopold parce que la loi ne prévoit pas de distinguer une « chevalière », et que cela heurte ses convictions féministes. Pas mieux pour officier et officière ou...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite